L’ecclésiologie paradoxale : Michel de Certeau

JE Michel de Certeau

L’ecclésiologie paradoxale : Michel de Certeau
5 mars 2015, 14 h – 18 h 30
EHESS, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris
salle Alphonse Dupront

Michel de Certeau n’a pas la réputation de relever de l’ecclésiologie : son itinéraire propre l’a amené à suivre « un chemin non tracé », loin des boulevards de l’institution, et sa réflexion la plus déterminante a porté sur une catégorie, la mystique, qui semble plutôt singulariser ses adeptes que les inscrire dans la communauté dogmatique et rituelle. Tout l’effort de Certeau, cependant, l’a conduit à proposer un remembrement du champ religieux qui nous invite à passer au-delà des évidences. En visitant des lieux nouveaux où entendre des discours jusque là négligés, ne suggère-t-il pas qu’il pourrait y avoir d’autres espaces et d’autres modalités pour « faire Église » ? C’est dans cette perspective topologique, dominante aujourd’hui dans la réflexion sur Certeau, que l’on voudrait explorer les potentialités d’une œuvre foisonnante : en ne négligeant pas les conditionnements de l’inscription paradoxale qui fut la sienne, et en relisant ses grands livres (La fable mystique, L’invention du quotidien) sous l’angle de la fabrique de l’ecclésialité.

Accueil des participants dès 13 h 30

14 h : Introduction, par Alain Rauwel

1. Certeau dans la crise de l’Église, par Denis Pelletier (EPHE)

2. Réflexions sur Le Christianisme éclaté, par Danièle Hervieu-Léger (CéSor, EHESS)
3. Formalité des pratiques et déplacements ecclésiologiques, par Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg, CéSor)
4. L’Église comme non-lieu chez Michel de Certeau, par Alain Rauwel (Université de Bourgogne, CéSor)

Discutants : Jacques Le Brun, Arnaud Fossier, Bénédicte Sère, Diana Napoli


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *