À propos

Mise en valeur d’informations scientifiques, mise en réseau, partage d’hypothèses de travail, veille scientifique…

Structure intellectuelle

L’organisation la plus adaptée à ces constats et à ces choix est celle d’une série d’interfaces entre le religieux et d’autres grands objets ou thématiques, eux-mêmes d’ailleurs le plus souvent distribués dans de multiples formations de l’École. Cette série se donne comme une série ouverte, selon ce que veulent et peuvent lui apporter les uns ou les autres. Cette ouverture est un point essentiel : elle peut faire que ce PRI accueille des propositions, au-delà de celles qu’il peut formuler lui-même. Chacune de ces interfaces est amenée à générer des initiatives spécifiques, aussi bien – ce qui est également essentiel – au sein de l’École, qu’entre l’École et ses partenaires, proches ou lointains. On peut décliner une première série de ces interfaces : le religieux et les arts, le religieux et les sciences, le religieux et l’écriture de l’histoire, le religieux et la question de l’anthropologie. Ne prenons qu’un exemple dans ce dernier cas : celui d’une recherche commune sur les pratiques concrètes et les productions abstraites de l’ethnographie, de l’anthropologie et des missions d’évangélisation, dans la longue durée et dans l’histoire contemporaine de l’anthropologie scientifique. Ce projet, souvent évoqué dans le passé avec Maurice Godelier dans les couloirs du 9e étage du 54, bd Raspail, doit enfin pouvoir – en dépit des résistances qu’il rencontre, presque aussi fortes que l’intérêt qu’il suscite – trouver dans l’espace de ce PRI l’accueil qui lui convient. Il faut ajouter à cela que la revue des Archives de sciences sociales des religions, rattachée aux Éditions de l’Ecole, ne peut que bénéficier grandement d’une intensification de ce type d’initiatives.

Collège de direction

Le PRI est doté d’un comité de direction amené à se réunir régulièrement à la fois pour suivre les activités en cours et relayer de nouvelles propositions. Il est composé comme suit : Jean-Pierre Albert, Catherine Clémentin-Ohja, Pierre Antoine Fabre, Danièle Hervieu-Léger, Bernard Heyberger, Dominique Iogna-Prat, Isabelle Landry-Deron, Nathalie Luca, Frédéric Nef, et Pierre Lassave.

Cette liste est représentative des centres les plus globalement impliqués sur ce terrain, mais aussi d’une partie déjà des grandes thématiques appelées par les interfaces proposées ci-dessus. La présence de Jean-Pierre Albert, du Centre d’anthropologie sociale de Toulouse, permet aux activités du PRI de sortir du seul cadre parisien, comme les instances de l’École ne cessent d’y inviter.

Développements attendus

Les initiatives présentées ci-dessus (Dictionnaire dynamique des faits religieux ; activités des équipes engagés sur le front de la théologie à l’horizon des sciences sociales) ainsi que toutes celles que ce PRI a vocation de générer ont pour premier objet de permettre la confrontation interdisciplinaire à l’École autour de l’objet religieux, dont on mesure aujourd’hui mieux tous les enjeux de société. Les Archives de sciences sociales des religions doivent offrir un premier débouché éditorial aux différents collectifs organisés au sein du PRI, sans compter la publication programmée de livres.

Ajoutons un dernier point en matière de formation à la recherche. Depuis plusieurs années, la mention de Master « Sciences des religions et sociétés », cohabilitée avec l’ÉPHE, se heurte à une difficulté importante : lorsque parvenus au terme de leur Master, les étudiants de cette Mention entendent poursuivre une recherche doctorale, ils sont conduits à des atterrissages dans d’autres mentions – Histoire, Sociologie, Anthropologie, Philosophie ou Sciences – dans lesquels ils arrivent comme des outsiders, généralement bien mal placés dans la course aux allocations, au-delà du fait que leur projet se laisse souvent difficilement inscrire dans une discipline particulière (et de même pour ceux qui rejoignent l’École après le Master), ce qui nous renvoie aux attendus généraux de ce PRI. Ne serait-il pas temps, ce Master ayant fait ses preuves, de passer à une étape supérieure ? Ne serait il pas bienvenu de pouvoir s’enquérir très spontanément alors des bourses doctorales, certes peu nombreuses, mais bien réelles, proposées par le Laboratoire HASTEC, et d’attacher ces ressources à une formation doctorale spécifique ? Et le PRI « Sciences sociales du religieux » ne serait-il pas un lieu favorable pour concevoir un tel projet ? Dans les discussions récentes sur l’avenir de l’École à l’horizon du PRES HESAM, il a été noté qu’une dynamique de formation commune devait être enclenchée entre les différents membres de cette communauté universitaire nouvelle. On peut considérer que le Master « Sciences des religions et sociétés » anticipe cette dynamique. Il y aurait donc lieu, au-delà du seul Master, de donner au PRI les moyens de travailler avec ses partenaires (ÉPHE, mais aussi Paris 1) à une offre doctorale permettant de constituer, à l’échelle parisienne, un véritable pôle attractif en matière de la formation à la recherche dans le champ des sciences sociales des religions.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *