Archives du GSR

Archives du Groupe de Sociologie des Religions

Responsable : Pierre Lassave

Le Groupe de sociologie des religions (GSR) fut une équipe de recherche créée en 1954 dans le cadre du Centre d’études sociologiques (CES) du CNRS issu de l’immédiat après-guerre. L’initiative en revient à Gabriel Le Bras (1891-1970) assisté d’Henri Desroche (1914-1994). Une équipe dont la vocation était d’appréhender et d’expliquer tout phénomène dit religieux comme un fait social et d’intégrer de la sorte l’objet religion dans le champ de la sociologie alors en pleine refondation nationale. Dans le même temps, d’autres domaines de connaissance sociologique se constituaient diversement, tels ceux du travail industriel, de la ville, des loisirs, de la famille ou de l’éducation. L’esprit général de ces créations d’équipes ou de groupes était à la reconnaissance de la discipline universitaire comme science à part entière sur le modèle des savoirs expérimentaux avec ses spécialités, ses chercheurs appointés, ses laboratoires, ses revues, ses congrès et ses associations internationales.

Le GSR et les recherches en sciences sociales des religions

les membres fondateurs du GSR

Parmi toutes ces nouvelles équipes des années 1950, le GSR se caractérise par un noyau central de chercheurs qui ont refondé les bases de la spécialité thématique. On sait que la religion fut un objet principal pour la discipline au tournant du siècle dernier. Durkheim a ainsi fait découler la socialité et la pensée classificatrice des cultes totémiques. Weber a reconnu la théodicée biblique comme agent historique de la rationalité moderne. Simmel a vu dans les associations religieuses une forme typique de cristallisation des interactions sociales. Paradoxalement, la centralité intellectuelle de l’objet religieux n’a d’égale, surtout en France, que sa marginalité institutionnelle. Longtemps apanage des institutions ecclésiales, la religion ne devient en effet objet de connaissance historique à part entière qu’au moment de la formation des sciences sociales. La création en 1886 de la section des « sciences religieuses » (Ve section) de l’École pratique des hautes études (ÉPHE) marque pour la France un mouvement européen de chaires et de recherches d’esprit laïc en la matière. Pour autant, la sociologie des religions n’a pas fait souche dans l’Université, notamment après la refondation de la discipline avec l’instauration de la licence de sociologie en 1958. Ce n’est qu’à l’ÉPHE (Ve et VIe sections) et au CNRS que quelques chaires d’enseignement et postes de recherche ont permis à cette spécialité thématique de se développer et d’être reconnue comme scientifiquement légitime.

Le GSR fut le noyau premier de cette conquête, notamment son équipe initiale qui a réuni autour de Le Bras et Desroche, Émile Poulat (1920-), François-André Isambert (1924-) et Jacques Maître (1925-2013) auxquels on rajoutera Jean Séguy (1925-2007) entré peu après (en 1960) dans le groupe. Le noyau se fit rapidement connaître par le dynamisme bibliographique de sa revue, les Archives de sociologie des religions (ASR, créées en 1956), par ses enquêtes sur les tensions entre confessions chrétiennes et monde moderne, par son défrichement des théories et méthodes d’appréhension sociologique des phénomènes religieux. Malgré des intérêts de connaissance distincts les uns des autres, les membres de ce groupe refondateur partagent une même volonté de rupture avec la « sociographie pastorale », orientation qui fait écho pour l’essentiel à leur histoire personnelle faite de ruptures avec l’Église catholique en tant qu’intellectuels dissidents (Desroche, Poulat, Séguy) ou de mise en réflexion d’engagements militants de jeunesse dans le catholicisme progressiste (Isambert, Maître). Desroche, principal animateur du groupe, ex-dominicain devenu spécialiste des dissidences messianistes puis expert mondial en entreprises de coopération et de développement dans les pays du Sud, parlait de la « firme GSR-ASR » comme d’une « communauté de désaliénation ». Trois autres traits peuvent distinguer encore le groupe : le rejet de la phénoménologie essentialiste de la religion, la mise à distance de l’érudition académique pieusement cultivée chez certains historiens des « sciences religieuses » et la pratique naturelle de l’interdisciplinarité. Avant la licence de 1958 et même avant la généralisation des cursus universitaires de sociologie après 1968, on entrait en sociologie par la porte de la philosophie principalement. Nos « cinq doigts de la main »  du GSR, comme disait Le Bras, ont été en fait formés tant à la philosophie qu’à la théologie (au moins Desroche, Poulat et Séguy) avec pour chacun un goût et une pratique historienne avérée de l’archive (Poulat). Cette interdisciplinarité de base, sans parler des langues usuelles maîtrisées (latin, allemand, anglais), n’a cessé de croître en diversité pour nouer au fil du temps des alliances originales avec l’ethnologie, la science politique et les divers savoirs issus de l’érudition spécialisée (islamologie, indologie, bouddhologie). D’où d’ailleurs le changement du titre de la revue (Archives de sciences sociales des religionsASSR – à partir de 1973).

L’extension progressive du domaine tant en matière de terrains empiriques hors du monde occidental que d’objets hors d’une acception stricte de l’institution religieuse doit principalement aux ouvertures théoriques initiales du groupe. À partir de la fin des années 1970, ses membres fondateurs amorcent ainsi le passage de relais aux générations qu’ils ont formées et la sociologie des religions relève dès lors d’un milieu de recherche pluriel et aux réseaux internationaux actifs. L’essor public de la question religieuse à partir des années 1990 ajoute à cette diversification qui se traduit entre autres par la scission du groupe en deux laboratoires principaux, l’un initialement plus tourné vers les formes de religiosité et les dynamiques de communalisation (CEIFR-ÉHESS-CNRS), l’autre vers les questions de laïcité et de régulation publique (GSRL-ÉPHE-CNRS). Mais outre le fait que les programmes de recherche s’interpénètrent depuis lors entre les deux structures, la question irrésolue de l’objet « religion » et des modalités de son appréhension élève la nécessité du recours à la généalogie des concepts et des savoirs. D’où l’importance prise par le travail de mémoire et d’archives sur les fondateurs de la discipline (cf. récent numéro spécial des ASSR sur l’héritage des Formes élémentaires de la vie religieuse) mais aussi sur ses moments de refondation comme en témoigne l’histoire du GSR.

La question des archives

La disparition en cours et hélas prévisible à court terme de la totalité des membres du noyau initial du GSR pose la question très immédiate de la sauvegarde publique des archives personnelles de chacun. Sous réserve d’inventaire, certains dépôts publics et classements d’ouvrages et de documents sont d’ores et déjà engagés pour certains membres. C’est le cas pour Gabriel Le Bras, premier titulaire d’une chaire universitaire de « sociologie religieuse » (VIe section ÉPHE, devenue ÉHESS). Sa famille a fait don par acte notarié (28 juin 2011) au service Archives de l’ÉHESS pour classement à destination des Archives nationales. Mais, outre le fait que le répertoire de ce fonds est en cours d’élaboration, les opérations sont moins engagées pour les autres membres aujourd’hui disparus. Le fonds d’ouvrages ainsi que les documents personnels de Jean Séguy, déposés au CARE (ÉHESS-CRH) par Danièle Hervieu-Léger, restent à inventorier. Ceux d’Henri Desroche appartiennent encore au domaine privé, de même que ceux tout récents de Jacques Maître.

Héritière en droite ligne du GSR, la revue ASSR pourrait être le maître d’ouvrage d’un espace de coordination des informations et actions propres à la sauvegarde de la mémoire de cet héritage. Elle a déjà réalisé pour le cinquantenaire de la revue (2006) un film documentaire qui retrace la genèse et le développement de la chaîne GSR-ASR-ASSR. D’autres produits audiovisuels pourraient y être associés, tel cet autre film sur l’itinéraire d’Henri Desroche (Le passeur de frontières, Polynome, 1990). Le site électronique de la revue peut ainsi ouvrir à terme une rubrique particulière pour porter à connaissance l’état des fonds et leurs moyens et conditions d’accès. Plus largement, le regroupement espéré à terme des archives des membres premiers du GSR pourrait constituer un élément original de la bibliothèque des sciences sociales prévue dans le cadre du PRE HESAM sur le futur campus Condorcet. Avant cela, une série d’opérations semblent évidemment nécessaires. Elles pourraient s’inscrire dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire « sciences sociales du religieux » engagé par l’ÉHESS pour l’année 2014.

Outre l’avancement des travaux d’inventaire du fonds Le Bras assuré par le service Archives de l’ÉHESS, l’année 2014 pourrait voir celui de Séguy regroupé et répertorié. À noter au passage la richesse de ce dernier fonds tant en matière d’ouvrages que de documents d’enquêtes de première main sur les communautés anabaptistes, mennonites et quakers dans le monde. Deux opérations sont à cet égard nécessaires :

– le répertoire d’ouvrages (2000 environ) et son classement SUDOC ;

– le classement des documents personnels, soit 1 à 2 mois (à évaluer par les archivistes). Ce travail peut être effectué par un stagiaire en Master Pro Archivistique sous la direction du service Archives de l’EHESS.

En parallèle à ces premières opérations pratiques, il reste à déterminer les actions relationnelles relatives aux autres membres du GSR : contacts avec les proches, mise en perspective des dépôts à venir. Un groupe de travail « Mémoire du GSR » pourrait ainsi voir le jour au sein du PRI pour coordonner ces actions. Ce groupe aurait également vocation à faire vivre les archives en question. On pense ainsi à l’établissement coordonné de biobibliographies pour chaque membre. Au-delà, ce groupe pourrait inciter à des recherches sur les formes prises d’ores et déjà par la mémoire du GSR.

La mémoire du GSR

Si l’on se penche sur les traces actuelles de la mémoire interne au GSR, on ne peut que constater leur confidentialité et la réserve de ses membres à restituer la teneur de leur parcours hors des cadres normalisés de la sociabilité scientifique. Cette histoire se retrouve ainsi dans les bilans d’étape successifs consignés par la revue (ASR-ASSR) jusqu’au numéro cinquantenaire en forme de rétrospective patrimoniale. Elle se retrouve également dans les hommages rendus entre les membres fondateurs et successeurs lors de la disparition des premiers ou de rites de passage divers (médaille, retraite). Mais outre quelques entretiens personnels glanés ici et là sur les parcours respectifs et qui mériteraient d’être rassemblés dans une perspective prosopographique, une certaine réserve autobiographique marque l’esprit du groupe qui s’est pourtant parfois auto-désigné comme une communauté d’aventuriers de la connaissance. Les formes prises par ce clair-obscur de la mémoire mériteraient également d’être élucidées.

Quant au regard externe posé sur le GSR, force est de constater qu’il n’a pas fait de lui une « école » identifiable par un maître ou des paradigmes singuliers, à l’instar de « l’école durkheimienne », de celles « des Annales » ou de Chicago. Hormis la tutelle bienveillante de Le Bras, le dynamisme entrepreneurial de Desroche, et la communauté de rupture épistémologique qu’il a su rassembler autour de lui, la refondation française de la sociologie des religions n’a pas donné lieu à une identification structurelle ou intellectuelle particulière. Ces traits apparents mériteraient d’être soumis à l’analyse, tant au plan de la place acquise par la sociologie au sein des sciences sociales des religions qu’au plan de l’objet religion au sein de la discipline sociologique. On peut faire l’hypothèse que les tensions propres à chaque plan n’aient pas favorisé l’identification du GSR en école singulière. Mais la particularité naturelle de cette histoire intellectuelle ne mérite pas moins d’être reconsidérée à l’échelle internationale. Il n’est pas impossible que les trajectoires comparées du développement des sciences sociales des religions en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-Unis fasse ressortir toute l’originalité de l’aventure de la « firme GSR-ASR ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *