Bilans

Lancé en janvier 2013 sur la base d’un cadre des propositions validées par le conseil scientifique de l’ÉHESS au printemps 2012, le PRI « sciences sociales du religieux » s’est organisé pour sa courte première année universitaire d’existence selon les deux axes de travail collectif annoncé :

1. Dictionnaire dynamique des faits religieux

Carrefour ouvert à tout chercheur soucieux de discuter les grandes notions structurant le champ de sciences sociales des religions, le Dictionnaire dynamique des faits religieux prolonge, sur un support numérique, le Dictionnaire des faits religieux paru aux PUF en octobre 2010. La finalité ultime de l’initiative est d’offrir à terme (sans doute en 2016) une nouvelle version papier du Dictionnaire. Au cours de l’année ont été traitées les entrées suivantes : « Levinas », « dissidence et excommunication », « déification » ; en outre, une séance a été consacrée à la lecture critique d’ensemble, par Camille Tarot, de l’entreprise intellectuelle que représente le Dictionnaire et ses prolongements.

Par ailleurs, une série d’ateliers traductions (atelier plénier et ateliers par langue) a permis d’amorcer le travail de diverses équipes attelées à la tâche de traduction, dans une version adaptée, du Dictionnaire dans diverses langues : espagnol, italien, japonais, et persan.

2. Le séminaire « théologie et sciences sociales »

Le travail collectif, qui a réuni en moyenne une quinzaine de participants représentatifs assez largement des sciences sociales, a d’abord autour de la notion même de « théologie ». La première séance du séminaire a montré, s’il en était besoin, la difficulté de donner une définition de la « théologie » qui puisse satisfaire l’ensemble des chercheurs en sciences sociales, toutes disciplines et toutes aires culturelles confondues. D’apparition relativement tardive dans l’Occident latin (vers le milieu du XIIe siècle), le terme technique de « théologie » (theologia) n’a de sens qu’en tant qu’ « art » du divin et des réalités transcendantes. Dans le monde des universités de l’Occident médiéval, le théologien (personnage clairement identifié dans le champ ecclésiastique comme un producteur de sens global en matière psychologique, sociale et cosmologique) est un mythographe, qui, à l’instar du philosophe et, globalement, du sage, est un professionnel de la science « architectonique » permettant d’atteindre aux fins dernières. Dans cette logique, il existe entre science(s) principale(s) et sciences secondaires ou ancillaires une hiérarchie qui oblige à traiter la « théologie » en référence à une totalité organisée du savoir. Difficile dans ces conditions de parler de théologie sans mettre ce discours savant sur le divin et la sphère des transcendances en tension avec d’autres sciences architectoniques comme la philosophie ou la politique. Une pareille définition, en gros satisfaisante pour rendre compte de la dynamique occidentale des savoirs organisés (depuis les sagesses antiques – la science du divin ou des choses divines d’Aristote ou des néoplatoniciens, tout comme la théologie naturelle des stoïciens – jusqu’à la hiérarchie des arts en régime ecclésial et aux grands systèmes de la philosophie classique) est impossible à exporter telle quelle dans d’autres systèmes religieux et dans d’autres aires culturelles.

La raison d’être de la réflexion proposée par le PRI est à la fois d’ouvrir à d’autres configurations du « théologique » et d’aider à réfléchir sur l’architectonique des sciences sociales (l’organisation des champs et leur cohérence d’ensemble, le jeu d’interrelations et de consonances de nos « arts ») tout en tenant à distance l’illusion rétrospective de nécessaires globalités de sens. D’où le choix, dans les deux séances qui ont suivi, de croiser l’approche du théologique avec celle de l’économique et de la phénoménologie (sur la base de l’œuvre du premier Heidegger). La dernière séance de l’année a été consacrée à discuter la contribution de Bruno Karsenti sur le « religieux et les sciences sociales » dans le collectif publié, à l’automne 2012, aux Éditions de l’ÉHESS Faire des sciences sociales, dont le propos recoupe très largement les interrogations du séminaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *