Dictionnaire critique de l’Église : rites & sacrements

Nous poursuivons la préparation et la discussion des articles du futur Dictionnaire critique de l’Église. Les prochaines entrées traitées seront les deux notions connexes de ritualité et de sacrements. Pour la première, Alain Rauwel (CéSor) proposera un repérage lexicographique et thématique, tandis que la seconde sera examinée d’un point de vue extra-européen, celui du Nouveau Monde à l’époque moderne, par Charlotte de Castelnau (Université Paris Diderot). Le discutant de la séance sera Guillaume Cuchet (Université Paris Est).

Rendez-vous rue Monsieur-le-Prince, en salle Dupront, le mercredi 13 janvier de 15 à 19 h.

25 novembre 2015 : Rite et théologie

Dans le cadre du programme « Le religieux en question(s) », une séance de réflexions et d’échanges aura lieu le mercredi 25 novembre 2015, de 15 h à 19 h, en Salle Dupront (10 rue Monsieur le Prince) autour du rite, de la ritualité et de la possibilité d’une ritologie.

L’anthropologie a produit depuis des décennies un abondant discours sur les rites (le plus souvent « les rites des autres »). Les théologies, de leur côté, ont glosé sans trêve, depuis les origines, les pratiques cultuelles de leurs Églises. Si l’on aspire à donner consistance à un champ d’étude clairement identifié, qui dans le paysage académique anglo-saxon se réclame des ritual studies et qui en France, sous le double et paradoxal patronage de Luc de Heusch et de Jean-Yves Hameline, pourrait se dire ritologie, comment envisager la rencontre de ces deux registres ? Impossible ou potentiellement féconde ?

Deux réflexions de fond serviront de base à la discussion, sous la plume de Camille Tarot et Jean-Pierre Albert. On les trouvera ici :

C. Tarot, Rites

JP Albert Théologie et anthropologie

Trois chercheurs réagiront aux propositions contenues dans ces textes :

– Bruno Karsenti (EHESS) ;

– Christophe Grellard (EPHE) ;

– Alain Rauwel (CéSor).

Reprise du séminaire « Dictionnaire critique de l’Église »

Mercredi 14 octobre, de 17 à 19 h, en salle A. Dupront, nous reprendrons le séminaire de discussion autour des articles du futur Dictionnaire critique de l’Église, avec la dernière étape du cycle « Images de l’Église ». Après la naissance des images ecclésiales (A.-O. Poilpré), leur multiplication médiévale (J. Wirth), leur entrée dans l’espace privé (C. Voyer & P.-O. Dittmar), leur apogée tridentin (R. Dekoninck), nous aborderons les revivals  des XIXe et XXe s. avec Isabelle Saint-Martin, directrice d’études à l’EPHE, auteur d’un beau et riche panorama : Art chrétien / art sacré : regards du catholicisme sur l’art, France, XIXe – XXe s., Rennes, PUR, 2014. Dominique Iogna-Prat proposera en final une synthèse des cinq séances.

Jean-Michel Roessli

Jean Michel Roessli

Professeur au département de théologie de l’Université Concordia à Montréal (Québec, Canada), Jean-Michel Roessli est un historien du christianisme et des religions. D’abord spécialisé dans les transferts religieux tardo-antiques du paganisme au christianisme, dont les Oracles sibyllins et leurs prolongements chrétiens, abordés dans sa thèse doctorat (2004), constituent l’un des exemples-types, il a élargi ensuite son champ d’investigation à la littérature apocryphe en général et au problème des prophéties en particulier. C’est sa connaissance des mondes religieux tardo-antiques et de la construction du champ des sciences sociales des religions au cours des XIXe et XXe siècles, avec un intérêt marqué pour l’historiographie du christianisme, qui motive sa participation au programme d’activités du CéSor et son engagement pour trois ans (2014-2016) comme directeur d’études invité à l’ÉHESS, dans le cadre d’un programme collaboratif sur « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) », lancé par Dominique Iogna-Prat et intégré au Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales ». La collaboration de Jean-Michel Roessli doit alimenter à la fois les publications prévues dans le programme collaboratif « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) » (spécialement le dictionnaire en préparation : L’Église. Un dictionnaire critique) et les travaux en cours du Dictionnaire dynamique des faits religieux (suite en ligne du Dictionnaire des faits religieux).

Interventions de Jean-Michel Roessli (mai-juin 2015)

Après être intervenu en mai-juin 2014 sur « Histoire et Parole de Dieu d’Edmond Ortigues dans la conjoncture théologique des années 1940-1950 », « Méditation : genèse et développements du concept dans les sciences sociales des religions », « L’Église antique, ses relectures et ses implications contemporaines chez Loisy » et « La théologie au défi des sciences sociales naissantes : la conjoncture moderniste (1880-1920) », le programme des conférences de cette année est le suivant :

1) 27 mai, dans le cadre du séminaire sur L’Église : un dictionnaire critique, 10 rue Monsieur-le-Prince, salle Dupront, 15h-19h :

« Autorité (doctrinale) : canon, canonicité, apocryphe, apocryphi(ci)té, pseudépigraphie, jalons pour une notice de dictionnaire » (séance double)

2) 28 mai, dans le cadre du séminaire d’Ecclésiologie, journée Patristique et Ecclésiologie, Bâtiment France, 180-190 avenue de France, salle 15, jeudi 14h00-18 h30, vendredi 9h30-12 h30 :

« L’ecclésiologie des Pères dans l’œuvre de Henri de Lubac »

3) 3 juin, dans le cadre du séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux et de L’Église : un dictionnaire critique, 10 rue Monsieur-le-Prince, salle Dupront, 15h-19h :

« Hérésie et hérésiologie dans l’historiographie des XIXe et XXe siècles »

Au début de son séjour parisien, Jean-Michel Roessli interviendra aussi lors de la Deuxième journée d’études sur Figures monothéistes du paganisme dans le cadre du programme « Revisister les monothéismes » du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM – UMR 8584). Il animera un séminaire intitulé « Dire Dieu, dire le Christ dans les Oracles sibyllins » (18 mai 2015, 10h00-18 h00, Institut Protestant de Théologie, salle 21, 83 Boulevard Arago).

Signes de son implication dans l’étude des littératures apocryphes, Jean-Michel Roessli est un membre actif de l’AELAC (Association pour l’étude de la littérature apocryphe chrétienne : http://wp.unil.ch/aelac/), du comité de rédaction d’Apocrypha : revue internationale des littératures apocryphes (http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=APOCRA) et coordinateur du comité de direction de la collection de poche Apocryphes éditée par Brepols et dont le dernier volume, réalisé sous sa supervision, est paru en automne 2014 : The Syriac Pseudo-Clementines : An Early Version of the First Christian Novel, traduit en anglais par F. Stanley Jones :

http://www.brepols.net/pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503551111-1

Parmi ses publications les plus récentes, signalons :

  • « North American Approaches to the Study of the Christian Apocrypha on the World Stage », dans Tony Burke & Brent Landau (dir.), Forbidden Texts on the Western Frontier : The Christian Apocrypha in North American Perspectives, Eugene, Oregon : Cascade books (sous presse).
  • Christian Apocrypha : Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 2014 (avec Tobias Nicklas) ; cf. http://www.v-r.de/de/title-174-174/christian_apocrypha-1010697/print/9783647540160.pdf
  • Direction scientifique du dossier « Les métamorphoses d’Orphée », dans Charles Méla – Frédéric Moeri (dir.), Alexandrie la Divine (Genève : La Baconnière, Mars 2014), p. 608-631.
  • « Orphée, médiateur des sagesses grecques et barbares », dans ibid, p. 610-617.
  • « Orphée juif et chrétien », dans ibid , p. 629-631.
  • « Alexandrie, berceau de la poésie sibylline juive et chrétienne », dans ibid, p. 768-773.
  • « Les mystères païens et le mystère chrétien d’Alfred Loisy (1857-1940) et sa place dans les débats sur les origines du christianisme au début du XXe siècle », dans Frédéric Amsler (dir.), Alfred Loisy dans l’histoire de l’exégèse biblique et des sciences des religions. Actes du colloque de Lausanne, 16-17 juin 2011, Rivista di Storia delle Religioni 7 (2013, publ. 2014) 73-95.
  • « De consensu evangelistarum», dans Karla Pollmann et alii (dir.), The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, Oxford 2013, p. 261-266.
  • « Sébastien Castellion et les Oracles sibyllins», dans Marie-Christine Gomez-Geraud (dir.), Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture. Actes du colloque international, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 15-16 avril 2010, Paris 2013, p. 223-238.
  • « Les Oracles sibyllins», dans Bernard Pouderon et Enrico Norelli (dir.), Histoire de la littérature grecque chrétienne. Tome 2 : De Paul apôtre à Irénée de Lyon, Paris : Cerf, 2012, p. 591-618.
  • « Le récit de la Passion dans les Oracles sibyllins», dans André Gagné et Jean-François Racine (dir.), En marge du canon : études sur les écrits apocryphes juifs et chrétien (L’écriture de la Bible 2), Paris : Cerf, 2012, p. 159-200.
  • « Mirabilia, miraculum », dans Augustinus-Lexikon, Fascicule 3,7/8, Bâle 2012, cols. 25-29.
  • Antonio Orbe, Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles, traduction de l’espagnol de José Maria López de Castro, revue et complétée par Agnès Bastit et Jean-Michel Roessli avec la collaboration de Bernard Jacob et Pierre Molinié. Liminaire de Mgr Luis F. Ladaria, s.j. Avant-propos de Jean-Michel Roessli, 2 vols (Patrimoines. Christianisme), Paris : Cerf, 2012.

Séminaire Théologie et sciences sociales

Éloi Ficquet

Les controverses christologiques éthiopiennes aux 18e et 19e siècles: questionnements et tâtonnements de théologie politique

 Mercredi 15 avril 2015

15h-18h

Salle Dupront

10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

 « Le Père oint, le fils est oint, le Saint-Esprit est l’onction », telle est la formule qui résume le dogme trinitaire défendu par le mouvement messianique qualifié d’ « onctioniste » (qïbat en guèze, l’éthiopien ancien) qui s’est exprimé au sein de la chrétienté éthiopienne du début du dix-septième siècle jusqu’à la fin du dix-huitième sans s’éteindre complètement malgré les persécutions qui ont visé ses partisans. Le point de vue adverse, dit « unioniste » (tewahïdo), qui s’est imposé comme la ligne officielle de l’Église éthiopienne jusqu’à aujourd’hui, affirme que l’union des deux natures ne procède pas de l’onction, mais la précède, car « il naît en union à la nature divine » (be-tewahïdo weld ze-bahrïy). Le christ n’est pas investi, par onction ou par induction du Saint-Esprit, de la divinité, mais il naît d’emblée comme homme uni à dieu, et l’acte d’onction, dont il est lui-même l’onguent (qïb’ï), ne fait que le confirmer.

Les termes de ce débat, dont on vient de s’efforcer de présenter une version simplifiée, sont l’une des formes prises par les polémiques christologiques qui ont agité l’Église éthiopienne à différentes époques, contribuant à en instituer et à en diffuser la doctrine. Les controverses fondatrices de la doctrine chrétienne se sont transmises dans la pensée et la littérature éthiopiennes par la traduction et le commentaire de textes patristiques, notamment le recueil intitulé Qïrïllos composé principalement des positions christologiques défendues par saint Cyrille d’Alexandrie dans le contexte du concile d’Éphèse (431).

Le propos ne consistera pas à pénétrer au cœur de ces argumentaires contradictoires pour en examiner les élaborations interprétatives en regard des sources qu’elles sollicitent. Il sera fait allusion à ce que des historiens de l’Église éthiopienne en ont dit, mais l’attention sera surtout portée aux contextes géographiques et politiques dans lesquels ces querelles ont pris corps, mobilisant des communautés monastiques qui entraînent derrière elles de vastes ensembles territoriaux. De quelle façon de telles questions, poussées à un haut niveau d’abstraction, entraînaient-elles de telles mobilisations ? Un aspect de la question porte sur l’étendue de l’autorité du roi sur l’Église, sur la cloison très mince isolant la conduite des affaires du royaume de celles de l’Église. Cette question lancinante du césaropapisme permet d’éclairer certains aspects de cette polémique. On serait ainsi tenté de rapporter la théologie unioniste à une conception unifiée du gouvernement par la fusion des pouvoirs temporel et spirituel, tandis que la théologie onctioniste proposerait une option plus fédérative, qu’il s’agisse des relations de l’Église ou des gouvernements provinciaux. Cependant, cette schématisation est contredite par les inversions de faveurs accordées par les souverains à l’un ou l’autre des camps à l’occasion des conciles fréquemment convoqués, aussi bien pour mettre un terme à ces querelles que pour mettre en scène des joutes d’érudition, qui ont leur propre dynamique et dont l’aboutissement n’est pas strictement subordonné à des visions politiques qui en prédétermineraient l’issue.

Quelques références :

Böll, Verena, 2009, “Aṣe Iyasu I (1682-1706) and the synod of Yəbaba” in S. Ege et al. (ed.) Proceedings of the 16th International Conference of Ethiopian Studies, Trondheim.

Bartnicki, Andrzej and Mantel-Niecko, Joanna, 1970, “The Role and Significance of the Religious Conflict and People’s Movements in the Political Life of Ethiopia in the Seventeenth and Eighteenth Centuries.” Rassegna di Studi Etiopici, 24, pp. 5-39.

Getatchew Haile, 1986, “Materials on the Theology of Qebat or Unction.” In: Ethiopian Studies. Proceedings of the Sixth International Conference, Tel-Aviv, 14-17 April 1980. Rotterdam, pp. 205-251.

 

Séminaire – L’Église : un dictionnaire critique

2015

Séminaire organisé par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel, Frédéric Gabriel

dans le cadre de l’EHESS, du CNRS, de l’ENS de Lyon

Les séances se tiennent à l’EHESS, 10 rue Monsieur-le-Prince, Paris 6e, salle Dupront

Au pays de la « séparation », une division outrancière des tâches entre l’État et l’Église a malheureusement relégué l’étude de cette dernière au rayon d’une histoire religieuse le plus souvent coupée des visées et des méthodes en sciences sociales. Cela alors que l’objet « Église » est au centre de toute réflexion sociologique depuis les pères fondateurs (spécialement Durkheim et Weber). Ce séminaire, qui s’inscrit dans un cycle de plusieurs années, vient prolonger un programme dont les premiers résultats sont publiés en ligne sur http://cem.revues.org/12743.

L’entreprise vise à proposer un « tournant critique » sur la base d’un instrument ad hoc à entrées multiples du type « dictionnaire ». Il ne s’agit pas d’abord d’élaborer un livre « de contenu », comme une histoire de l’Église découpée en articles. Le projet ne se veut pas descriptif mais bien critique, avec notamment deux objectifs : mettre en évidence et discuter les problématiques qui structurent l’institution ecclésiale et ses ramifications, et corrélativement proposer une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, la tradition reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie qu’il est proposé d’explorer de manière dialectique. Il ne s’agit pas de décrire les manifestations de l’Église mais de se concentrer sur sa pensée, sa théorisation au sein d’une histoire intellectuelle et doctrinale, qui relève autant des sciences des religions que des sciences sociales.

1) jeudi 12 mars, 15h-17h : Images de l’Église (1) par Anne-Orange Poilpré

2) jeudi 19 mars, 17h-19h : Images de l’Église (2) par Jean Wirth

3) jeudi 26 mars, 17h-19h : Images de l’Église (3) par Cécile Bulté et Pierre-Olivier Dittmar

4) jeudi 2 avril, 17h-19h : Images de l’Église (4) par Isabelle Saint-Martin

5) jeudi 16 avril, 17h-19h : Images de l’Église (5) par Ralph Dekoninck et Pierre-Antoine Fabre

6) jeudi 7 mai, 17h-19h : Église et Empire (1) par Dominique Iogna-Prat, position du problème

7) jeudi 21 mai, 17h-19h : Église et Empire (2) par Dan Muresan

8) mercredi 27 mai, 15h-19h : Autorité (autorité doctrinale, canonicité) par Jean-Michel Roessli et Johannes Wischmeyer. Répondants : Anne-Catherine Baudoin, Alain Le Boulluec

9) mercredi 3 juin, 15h-19h : Hérésie, séance groupée avec celle du Dictionnaire dynamique des faits religieux, avec Alain Le Boulluec, Jean-Michel Roessli, Dominique Iogna-Prat et Johannes Wischmeyer

10) jeudi 4 juin, 17h-19h : Église et Empire (3) par Filippo Ronconi

URL de référence :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/1032/

http://ssr.hypotheses.org

 

L’ecclésiologie paradoxale : Michel de Certeau

JE Michel de Certeau

L’ecclésiologie paradoxale : Michel de Certeau
5 mars 2015, 14 h – 18 h 30
EHESS, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris
salle Alphonse Dupront

Michel de Certeau n’a pas la réputation de relever de l’ecclésiologie : son itinéraire propre l’a amené à suivre « un chemin non tracé », loin des boulevards de l’institution, et sa réflexion la plus déterminante a porté sur une catégorie, la mystique, qui semble plutôt singulariser ses adeptes que les inscrire dans la communauté dogmatique et rituelle. Tout l’effort de Certeau, cependant, l’a conduit à proposer un remembrement du champ religieux qui nous invite à passer au-delà des évidences. En visitant des lieux nouveaux où entendre des discours jusque là négligés, ne suggère-t-il pas qu’il pourrait y avoir d’autres espaces et d’autres modalités pour « faire Église » ? C’est dans cette perspective topologique, dominante aujourd’hui dans la réflexion sur Certeau, que l’on voudrait explorer les potentialités d’une œuvre foisonnante : en ne négligeant pas les conditionnements de l’inscription paradoxale qui fut la sienne, et en relisant ses grands livres (La fable mystique, L’invention du quotidien) sous l’angle de la fabrique de l’ecclésialité.

Accueil des participants dès 13 h 30

14 h : Introduction, par Alain Rauwel

1. Certeau dans la crise de l’Église, par Denis Pelletier (EPHE)

2. Réflexions sur Le Christianisme éclaté, par Danièle Hervieu-Léger (CéSor, EHESS)
3. Formalité des pratiques et déplacements ecclésiologiques, par Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg, CéSor)
4. L’Église comme non-lieu chez Michel de Certeau, par Alain Rauwel (Université de Bourgogne, CéSor)

Discutants : Jacques Le Brun, Arnaud Fossier, Bénédicte Sère, Diana Napoli

Les séminaires du Programme de recherche interdisciplinaire « sciences sociales du religieux » 2014-2015

Le mercredi, 15h-19h 10, rue Monsieur le Prince Paris, 6e

Salle Alphonse Dupront

 

1. Dictionnaire dynamique des faits religieux (Régine Azria, Danièle Hervieu-Léger, Dominique Iogna-Prat)

Ce séminaire prolonge et déploie, pour la cinquième année, le travail réalisé par l’équipe du Dictionnaire des Faits Religieux (Paris, PUF, 2010) pour mettre à disposition des chercheurs et étudiants un état raisonné des outils de pensée et des auteurs, dans les différents domaines et disciplines des sciences sociales du religieux: la préparation de nouvelles entrées et notices, l’approfondissement et l’enrichissement de rubriques déjà présentes dans la version papier du Dictionnaire, la présentation des débats et controverses en cours dans le domaine des sciences sociales, les problèmes de la traduction sont la matière de cet atelier interdisciplinaire, ouvert aux chercheurs et doctorants avancés. D’abord disponibles en ligne, les productions du séminaire seront intégrées à la version papier du Dictionnaire, au fil des republications.

– 26 novembre, Séance introductive (état d’avancement des nouvelles notices, prépublication électronique, achèvement de la notice « déification »)

– 28 janvier, Littérature et religion (islam : C. Decobert, islam et sikhisme : D. Matringe) Texte de Denis Matringe – Littérature et religion

-25 mars, Traduire le Dictionnaire des faits religieux

– 3 juin, Hérésie (séance commune avec le Dictionnaire critique de l’Église ) (A. Le Boulluec, D. Iogna-Prat, J.- M. Roessli, J. Wischmeyer)

 2. Actualité des sciences sociales des religions (Dominique Iogna-Prat, Pierre Lassave)

Ce séminaire, organisé sous la forme d’une après-midi de travail par trimestre, est consacré à l’actualité la plus diverse des sciences sociales des religions : préparation ou sortie d’ouvrage, mise en place d’un projet collectif, réflexion de méthode posé par tel débat de société impliquant le religieux. Espace d’échanges au sein du Programme de recherche interdisciplinaire « religieux et sciences sociales », le collectif de cette actualité a vocation à dépasser les clivages de disciplines et des aires culturelles pour ouvrir aux phénomènes religieux comme question globale au sein des sciences sociales. Le programme, fixé au début de chaque trimestre, fera l’objet d’une annonce spécifique surhttp://ssr.hypotheses.org/

– 19 novembre, Adeline Herrou et la question du monachisme comparé (discutantes : V. Bouillier, A. Poujeau)

– 17 décembre, La religion dans Enquête sur les modes d’existence de Bruno Latour, 2012 (E. Aubin-Boltanski, A.-S. Lamine, P. Lassave)

– 8 avril, N. de Brémond d’Ars, Une sociologie de la liturgie (discutants : D. Hervieu-Léger, A. Rauwel)

3. Regards croisés sur l’ethnographie filmée et sonore de l’abbaye de la Trappe (Emma Aubin-Boltanski, D. Mottier)

Du 8 au 19 septembre 2013, douze chercheurs en sciences humaines ont été accueillis au sein de l’abbaye de la Trappe (Basse-Normandie) pour un atelier d’initiation à l’écriture filmique. Au terme de cette immersion de dix jours dans le quotidien d’une communauté monastique, qui comptait alors vingt-trois membres, quatre courts-métrages, dressant chacun le portrait d’un moine, ainsi qu’une exploration sonore du monastère ont été réalisés. Sans aucune restriction, et à titre exceptionnel, les moines ont accepté de se laisser filmer dans leur quotidien. Les regards que les chercheurs ont posés sur eux par la médiation de leurs caméras vont à l’encontre de bien des idées reçues et fournissent des témoignages rares sur la vie monastique contemporaine. L’objectif de l’atelier « Regards croisés » est d’inviter des chercheurs (historiens, sociologues, anthropologues et philosophes) à entrer en dialogue avec ce matériau filmique et sonore, à s’emparer d’une thématique (visibles et/ou audibles plus ou moins explicitement dans les films et dans l’exploration sonore) pour y investir leurs propres préoccupations.

– 12 novembre, « Ethnomusicologie, ethnographie filmée » : Victor Stoichita et Estelle Amy de la Bretèque (ethnomusicologues, CREM/LESC) ; Caroline Lardy (anthropologue, CHEC)

-14 janvier, « Moines et moniales orthodoxes en Syrie et en France » : Anna Poujeau (anthropologue, CEIFR) ; Louise de Courcel (doctorante en anthropologie, ÉHESS)

– 11 février, « Espace personnel, espace communautaire » : Anne Monjaret (anthropologue, IIAC) ; Marc Renneville (historien, Centre Koyré) à confirmer

– 11 mars, « Portraits de moines, écrits et filmés, d’hier et d’aujourd’hui: problèmes de méthode » : Mette Birkedal Bruun (historienne, université de Copenhague) ; Dominique Iogna-Prat (historien, CEIFR)

– 13 mai, « Portraits filmés de moines de Chine et du Tibet » : Katia Buffetrille (anthropologue, ÉPHE) ; Adeline Herrou (anthropologue, LESC)

– 24 juin, « Images et artefacts » : Anne Doustaly (historienne, GAHOM) ; Gil Bartholeyns (historien, IRHIS) à confirmer

4. Théologie et sciences sociales (Pierre-Antoine Fabre, Jean-Pascal Gay, Dominique Iogna-Prat)

Ce séminaire, organisé dans le cadre du Programme de recherche interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales », en alternance avec tout un ensemble d’autres collectifs sous l’intitulé « Sciences sociales du religieux », propose de réunir autour d’un objet largement fuyant, la théologie, les chercheurs en sciences sociales, toutes disciplines et aires culturelles confondues, aux prises avec la polysémie des discours sur le divin et leur problématique inclusion à l’âge de la définition des périmètres académiques et des stratégies discursives afférentes (XIXe-XXIe siècles). Pour le monde occidental, la démarche est génétique : comment passe-t-on de la philosophie antique à la théologie médiévale, et comment cette dernière, dans sa définition scolastique, parvient-elle à innerver à long terme, via la philosophie classique, les conceptions de l’homme et de la société en régime hétéronome puis autonome ? Avant le christianisme et au-delà de l’Occident, quel sens peut-il y avoir à parler de « théologie » ? Une attention toute particulière sera accordée cette année à la question du rite.

-15 avril, Eloi Ficquet, Les controverses christologiques éthiopiennes aux XVIIIe et XIXe siècles: questionnements et tâtonnements de théologie politique

– 6 mai, Histoire et sociologie du catholicisme face à l’objet théologique. Questions de méthode (sous la responsabilité de J.-P. Gay)

– 10 juin, Les sciences sociales au risque du rite : – Rites et théologie (J.-P. Albert, C. Calame, C. Grellard, A. Rauwel) – Nouvelles ritualités : la récitation des noms (R. Azria)

5. Archives du Groupe de sociologie des religions (Pierre Lassave)

Le Groupe de sociologie des religions (GSR) a été fondé en 1954 dans le cadre du Centre d’études sociologiques (CES) du CNRS. L’initiative en revient à Gabriel Le Bras (1891-1970) assisté d’Henri Desroche (1914-1994). Une équipe dont la vocation était d’appréhender et d’expliquer tout phénomène dit religieux comme un fait social et d’intégrer de la sorte l’objet religion dans le champ de la sociologie alors en pleine refondation nationale. Le GSR se caractérise par un noyau central de chercheurs qui ont refondé les bases de la spécialité thématique. On sait que la religion fut un objet principal pour la discipline au tournant du siècle dernier. Durkheim a ainsi fait découler la socialité et la pensée classificatrice des cultes totémiques. Weber a reconnu la théodicée biblique comme agent historique de la rationalité moderne. Simmel a vu dans les associations religieuses une forme typique de cristallisation des interactions sociales. Paradoxalement, la centralité intellectuelle de l’objet religieux n’a d’égale, surtout en France, que sa marginalité institutionnelle.

Longtemps apanage des institutions ecclésiales, la religion ne devient en effet objet de connaissance historique à part entière qu’au moment de la formation des sciences sociales. La création en 1886 de la section des « sciences religieuses » (Ve section) de l’École pratique des hautes études (ÉPHE) marque pour la France un mouvement européen de chaires et de recherches d’esprit laïc en la matière. Pour autant, la sociologie des religions n’a pas fait souche dans l’Université, notamment après la refondation de la discipline avec l’instauration de la licence de sociologie en 1958. Ce n’est qu’à l’EPHE (Ve et VIe sections) et au CNRS que quelques chaires d’enseignement et postes de recherche ont permis à cette spécialité thématique de se développer et d’être reconnue comme scientifiquement légitime.

Le GSR fut le noyau premier de cette conquête, notamment son équipe initiale qui a réuni autour de Le Bras et Desroche, Émile Poulat (1920-), François-André Isambert (1924-) et Jacques Maître (1925-2013) auxquels on rajoutera Jean Séguy (1925-2007) entré peu après (en 1960) dans le groupe. Le noyau se fit rapidement connaître par le dynamisme bibliographique de sa revue, les Archives de sociologie des religions, créées en 1956, par ses enquêtes sur les tensions entre confessions chrétiennes et monde moderne, par son défrichement des théories et méthodes d’appréhension sociologique des phénomènes religieux. Revendiquant dès les origines l’interdisciplinarité, le GSR n’a cessé de croître en diversité pour nouer au fil du temps des alliances originales avec l’ethnologie, la science politique et les divers savoirs issus de l’érudition spécialisée (islamologie, indologie, bouddhologie).

D’où d’ailleurs le changement du titre de la revue (Archives de sciences sociales des religions – ASSR – à partir de 1973). C’est cette histoire, nourrie des archives mêmes des membres du GSR actuellement en phase d’archivage, que ce séminaire entend défricher afin d’encourager la réflexion collective sur les conditions institutionnelles de définition du « champ » religieux au sein des sciences sociales.

– 10 décembre, Journée d’étude aux Archives nationales (Pierrefitte) : « L’archive et la recherche en sociologie des religions »

– 20 mai, Journée « Condorcet » : Biographies croisées

6. Catholicisme et sciences sociales (Danièle Hervieu-Léger)

– 15 octobre, 5 novembre, 3 décembre, Catholicisme : état des lieux de la recherche

Après avoir été au centre des intérêts de la sociologie des religions et de l’histoire religieuse de l’après-guerre et jusqu’à la fin des années 60, l’étude du catholicisme a connu des années d’éclipse relative. Elle renaît aujourd’hui, à partir de thématiques et de questionnements profondément renouvelés. Co-animé avec Denis Pelletier (directeur d’études à l’ÉPHE), ce séminaire se donnera pour objectif d’établir un bilan des travaux en cours qui prennent le catholicisme contemporain pour objet, au croisement des différentes disciplines : sociologie, histoire, anthropologie. Les terrains français et européens seront privilégiés, sans exclusive.

– 7 et 21 janvier, 4 février, 4 et 18 mars, 1er avril : Sociologie du monachisme contemporain

À travers les rétablissements, refondations, réformes et créations de la vie monastique de terrain chrétien occidental se donnent à voir, comme en laboratoire, les enjeux majeurs de la confrontation (religieuse, politique et culturelle) du christianisme à la modernité, entre XIXe et XXIe siècle : cette hypothèse servira de fil directeur à la problématisation sociologique des différentes configurations utopiques dans lesquelles se sont inscrites, depuis deux siècles, une série de tentatives pour inventer, au sein des monastères, une pratique du temps alternative au temps du monde. Le séminaire s’ouvrira, en suivant ce fil de la protestation utopique, à la comparaison avec des monachismes contemporains hors christianisme.

7. Dictionnaire critique de l’Église (Frédéric Gabriel, Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel)

Au pays de la « séparation », une division outrancière des tâches entre l’État et l’Église a malheureusement relégué l’étude de cette dernière au rayon d’une histoire religieuse le plus souvent coupée des visées et des méthodes en sciences sociales. Cela alors que l’objet « Église » est au centre de toute réflexion sociologique depuis les pères fondateurs (spécialement Durkheim et Weber).

Ce séminaire, qui s’inscrit dans un cycle de plusieurs années, vient prolonger un programme dont les premiers résultats sont publiés en ligne (http://cem.revues.org/12743  ) : Les nouveaux horizons de l’ecclésiologie : du discours clérical à la science du social. L’entreprise vise à proposer un « tournant critique » sur la base d’un instrument ad hoc à entrées multiples du type « dictionnaire ». Il ne s’agit pas d’abord d’élaborer un livre « de contenu », comme une histoire de l’Église découpée en articles. Le projet ne se veut pas descriptif mais bien critique, avec notamment deux objectifs : mettre en évidence et discuter les problématiques qui structurent l’institution ecclésiale et ses ramifications, et corrélativement proposer une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, la tradition reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie qu’il est proposé d’explorer de manière dialectique. Il ne s’agit pas de décrire les manifestations de l’Église mais de se concentrer sur sa pensée, sa théorisation au sein d’une histoire intellectuelle et doctrinale, qui relève autant des sciences des religions que des sciences sociales.

– 27 mai : Jean-Michel Roessli

– 3 juin, Hérésie (séance commune avec le Dictionnaire dynamique des faits religieux)

Séance du mercredi 11 Juin 2014 – Théologie et sciences sociales – La théologie en tensions

SÉANCE DU MERCREDI 11 JUIN 2014 –  Théologie et sciences sociales

15h-18h, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

La théologie en tensions

Enregistrement audio de la séance ( 3h ) :

Périmètre d’appartenance ou science aux limites incertaines, la théologie ne pourrait-elle se définir qu’en tensions ? L’exploration collective, dont cette séance achève l’an deux, a montré quels chemins tortueux sont obligés d’emprunter les chercheurs en sciences sociales soucieux d’intégrer cette « reine » des sciences de l’architectonique scolastique dans la genèse de leurs traditions intellectuelles. Après avoir exploré diverses articulations de champs : théologie et rite, théologie et images, théologie et droit – la conjonction « et » ayant pour objet d’explorer un certain nombre de points de fuite d’une science de l’incomplétude même –, il est cette fois proposé d’aborder ces « tensions » dans deux perspectives complémentaires : au cœur de la grande fabrique occidentale des sciences sociales et depuis un « ailleurs » de l’Occident (le monde indien) dans sa confrontation à une catégorie exogène.

– Jean-Michel Roessli (Université Concordia, Montréal, directeur d’études invité du PRI ÉHESS « religieux et sciences sociales »), La théologie au défi des sciences sociales naissantes (la conjoncture moderniste : 1880-1920)

 Catherine Clémentin-Ojha (ÉHESS, Centre Inde), Le grand écart du théologien : autour de l’œuvre de Francis Clooney, théologien et indianiste