Séminaire du PRI Sciences sociales du religieux – 21 mai 2014 – Paolo Napoli, Emanuele Conte, « Théologie et droit »

15h-17h, salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

 SEANCE DU 21 MAI 2014

Paolo Napoli, Emanuele Conte : « Théologie et droit »

Enregistrement audio du séminaire :

La dernière séance du séminaire, proposée par Claude Calame, a permis de souligner le paradoxe d’un terme grec, theologia, qui dans son acception actuelle s’est considérablement éloigné du sens que lui donnaient les anciens, durablement marqués par le discours instituant des poètes et les performances rituelles dans la Cité grecque. Fruit d’une longue évolution sémantique en contexte chrétien, le champ de la théologie n’émerge que tardivement dans la dynamique de la première scolastique, au cours du XIIe siècle. Dans l’organisation architectonique des sciences de tradition aristotélicienne, elle dispute la place de « science principale » (ou « architectonique ») au droit, dont les expressions (canonique et civile) accompagnent, avec l’émergence de la « politique », les constructions institutionnelles de l’Église et des différentes formes d’État laïque. D’où l’idée de traiter, à la source médiévale, les rapports en tension de la théologie et du droit, dont l’examen est essentiel dans la perspective d’une enquête collective sur la place qu’occupe la théologie dans la genèse des sciences de la société. La séance animée par Emanuele Conte et Paolo Napoli, partira d’une étude de cas, sur la base de l’ouvrage (à paraître tout prochainement) de l’historienne du droit Beatrice Pasciuta, Il diavolo in paradiso, dont un article proposé à la lecture préalable résume bien le propos (voir pièce jointe). B. Pasciuta analyse un ouvrage du pseudo Bartole du début du XIVe siècle dont l’objet est d’établir le sort de l’humanité. L’acteur-procurateur est le diable, l’accusé, le genre humain défendu par la Vierge, tandis que le juge est le Christ. Des échanges au cœur du procès émergent, bien sûr, mille et une questions « théologiques » qui en disent long, par le biais concret de la casuistique, sur les rapports entre droit et théologie, deux disciplines traditionnellement jalouses de leur identité. L’argument sera présenté et développé par E. Conte et P. Napoli en présence de B. Pasciuta, laquelle prendra part à la discussion collective.

IL DIAVOLO NEL MEDIOEVO, Atti del XLIX Convegno storico internazionale, Todi, 14-17 ottobre 2012 Pasciuta – Diavolo

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du 30 Avril 2014

Claude Calame : La théologie avant la « théologie »

« Théologiens » sans théologie ? mythes, rituels et poètes en régime polythéiste grec (une perspective d’anthropologie historique)

Grec, le terme theologia nous place devant le même défi sémantique que le terme mûthos: de même que pour le « mythe », par « théologie » on désigne d’un terme grec un concept qui est étranger à la culture hellène. En guise de prélude, il s’agira de revenir sur les rares emplois de theologia et theologos chez Platon, puis chez Aristote.
Cet exercice préalable de sémantique en contexte conduit à des figures de poètes et à des formes poétiques qui ont une fonction que nous désignerions comme religieuse. Ce sont des formes de poésie qui mettent en scène les actions d’un passé héroïque, dans la proximité avec les dieux qui nous apparaît comme relevant d’un mythologie. Ces récits s’avèrent souvent mis en relation avec l’institution de pratiques cultuelles que nous appréhendons en tant que rituels. Quant aux formes poétiques qui réalisent et dramatisent des récits « mythiques » d’une extraordinaire plasticité, elles sont elles-mêmes des actes de culte: offrandes musicales dans la performance rituelle à l’une ou l’autre des figures divines d’un panthéon dont la configuration change d’une cité à l’autre. La mythologie grecque adossée à la pratique poétique ritualisée, entre croyances et pratiques cultuelles, constituerait-elle dès lors une théologie?
En conclusion et en retour critique, on s’interrogera brièvement, à propos du concept de « religion », sur la difficulté des convergences souhaitables entre approches théologiques,  centrées sur le monothéisme chrétien, et approches anthropologiques, fondées sur la comparaison entre des cultures différentes : théologie et sciences sociales !
Enregistrement audio du séminaire :

 

Texte de référence : Mythe.Pragmatique.Europe1005-6.2013

Jean-Michel Roessli, directeur d’études invité au CEIFR (mai-juin 2014)

Jean-Michel Rössli

 

Professeur associé au département de théologie de l’Université Concordia à Montréal (Canada), Jean-Michel Roessli est un historien des religions de réputation internationale. D’abord spécialisé dans les transferts religieux tardo-antiques du paganisme au christianisme, à la suite de sa thèse qui portait sur les oracles sibyllins et leurs prolongements chrétiens, il a élargi son champ d’investigation au vaste problème des prophéties en histoire des religions. C’est sa remarquable connaissance des mondes religieux tardo-antiques et de la construction du champ des sciences sociales des religions au cours du XIXe siècle qui motive sa candidature d’un mois sur trois ans à l’ÉHESS, dans le cadre d’un programme collaboratif sur « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) », lancé par Dominique Iogna-Prat et intégré au Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales ».

Programme des séminaires : « En quête des origines. Historiographie de l’Église ancienne à l’époque de la crise moderniste »

Sous l’impulsion de l’histoire ou science comparée des religions, qui naît en Allemagne dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et des nouvelles orientations prises par l’histoire du christianisme telle qu’elle se développe en Europe à la même époque, les représentations et compréhensions traditionnelles que l’on se faisait jusque-là de l’Église ancienne – on devrait plutôt parler des Églises anciennes – a changé en profondeur. À la faveur des progrès de l’exégèse biblique et des nouvelles méthodes de lecture des textes anciens, les modèles ecclésiologiques sur lesquels s’était fondée l’histoire de l’Église, longtemps tributaire des perspectives confessionnelles de ses représentants, se sont vus remis en cause et ébranlés par le travail de déconstruction critique opéré par les nouvelles générations d’exégètes et d’historiens, dont les approches se faisaient elles-mêmes l’écho de changements de paradigmes et de principes herméneutiques dans l’étude du religieux, changements jugés plus conformes aux critères de « scientificité » et de rationalité de l’époque, mais pas toujours nécessairement dépourvus de parti-pris confessionnel. Ce sont les tenants et aboutissants de ces changements dans le traitement de l’ecclésiologie ancienne chez les historiens et biblistes européens des années 1850 à 1930 environ qu’il propose d’interroger et d’explorer.

Suivant une perspective résolument historique, non seulement détachée de tout a priori confessionnel mais désireuse aussi d’en comprendre la portée et les implications, l’objectif de cette recherche est de définir le rôle et la signification, tant sociale que théologique, de l’Église ancienne pour les historiens du christianisme de la deuxième moitié du XIXe et du début du XXe siècle. S’inspirant notamment des travaux d’Émile Poulat, directeur d’études honoraire à l’ÉHESS et véritable pionnier des recherches sur Alfred Loisy et la crise moderniste, et ceux de François Laplanche, ancien directeur de recherches au CNRS et éminent spécialiste de l’histoire de l’exégèse biblique à l’époque moderne, J.-M. Roessli élargira le tableau dressé par ces deux savants en intégrant ce qui se passe en France au tournant du XXe siècle dans le cadre plus large de la science européenne de l’époque, Émile Poulat et François Laplanche étant restés généralement cantonnés à l’Hexagone.

Le premier séminaire sera donc consacré à dégager les grands axes de la conception de l’ecclésiologie ancienne chez les historiens et biblistes européens des années 1850 à 1930 environ. De manière à être aussi exhaustif que possible, il (re)donnera la parole à des figures connues et moins connues de l’histoire et de la théologie européennes de l’époque.

Dans un deuxième temps, il se tournera vers l’une des œuvres les plus influentes et significatives de la période, L’essence du christianisme (Das Wesen des Christentums, 1900) d’Adolf von Harnack et l’immense impact qu’elle a exercé dans les débats sur la nature de l’Église ancienne dans les milieux protestants et catholiques de l’époque, qui est celle où s’élaborent les deux principaux monuments de la sociologie des religions : les Soziallehren d’Ernst Troeltsch et les Formes élémentaires de la vie religieuse d’Émile Durkheim (1912).

Comme contrepoint à ce deuxième volet, il abordera, au cours du troisième séminaire, la vision de l’Église ancienne dans l’œuvre et la pensée d’Alfred Loisy, en particulier dans sa réfutation de la thèse de Harnack, intitulée L’Évangile et l’Église (1902), ainsi que dans les mises au point que constituent Autour d’un petit livre (1903) et La naissance du christianisme, cette dernière œuvre écrite à l’automne de sa vie (1932).

Dans une quatrième étape, il se penchera sur la façon dont les historiens du christianisme et les théologiens du tournant du XXe siècle entrevoient les rapports entre mystères et Église, qu’il s’agisse de la question, largement disputée à l’époque, de l’influence, supposée ou réelle, des cultes à mystères sur la formation du premier christianisme, ou de la place du mystère dans l’ecclésiologie ancienne, voire de l’Église conçue elle-même comme mystère, c’est-à-dire comme manifestation de Dieu dans l’Histoire. Pour répondre à cette question, il procèdera à une analyse comparative des œuvres de Richard Reitzenstein, Wilhelm Bousset, Claus Clemen, Alfred Loisy, Marie-Joseph Lagrange, Hugo Rahner et Louis Bouyer, pour ne citer que quelques noms parmi les plus représentatifs sur ce sujet.

Pour mener à bien cette enquête, J.-M. Roessli s’appuiera non seulement, comme il se doit, sur les écrits de ces savants, mais aussi sur les débats et controverses qu’ils ont suscités auprès de leurs contemporains et auxquels il s’efforcera de redonner vie en recourant, autant que faire se peut, à leur correspondance – parce qu’ils s’y expriment souvent de façon plus libre et plus personnelle – et aux comptes rendus et études critiques qu’ils ont fait paraître dans les nombreuses revues savantes de l’époque (Revue d’histoire et de littérature religieuses, Revue critique, Revue de l’histoire des religions, etc.), lesquelles étaient, on l’oublie parfois, des lieux de débats intellectuels privilégiés, que l’on aurait bien tort de négliger dans une recherche de ce type.

Prévue pour se poursuivre au cours des deux académiques suivantes (2014-2015, 2015-2016), la collaboration de J.-M. Roessli doit alimenter à la fois les publications prévues dans le programme collaboratif « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) » (spécialement le dictionnaire en préparation : L’Église. Un dictionnaire critique) et les travaux en cours du Dictionnaire dynamique des faits religieux (suite en ligne du Dictionnaire des faits religieux). Son intégration dans le volet « théologie et sciences sociales » du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales » lui permettra en outre de participer aux activités (séminaires et journées d’étude) de l’année 2013-2014.

3 séances :

Méditation : genèse et développements du concept dans les sciences sociales des religions
Dans le cadre du séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux.
Mercredi 4 juin de 15h à 17h à l’EHESS, salle Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris.

L’Église antique, ses relectures et se implications contemporaines chez Loisy

Dans le cadre du séminaire Ecclésiologie et théories anciennes de la société.
Jeudi 5 juin de 9h30 à 18h30 journée sur La Bible et les Pères, sources de renouveau ecclésiologique entre romantisme et modernisme à l’EHESS, salle du conseil A, 190 av. de France 75013 Paris.

La théologie au défi des sciences sociales naissantes : la conjoncture moderniste (1880-1920)

Dans le cadre du séminaire Théologie et sciences sociales.
Mercredi 11 juin de 15h à 17h à l’EHESS, salle Dupront, 10 rue Monsieur-le Prince 75005 Paris.

 

Principales publications

Ouvrages collectifs

1)  Jean de Menasce (1902-1973), textes réunis par Michel Dousse et Jean-Michel Roessli, Fribourg, 1998.

2)  John Block Friedman, Orphée au Moyen Âge, édité et traduit de l’anglais (États-unis) par Jean-Michel Roessli avec le concours de Valérie Cordonier et François-Xavier Putallaz. Avec une postface : « De l’Orphée juif à l’Orfée écossais. Bilan et perspec-tives » (Collection Vestigia n° 25), Fribourg-Paris, 1999.

3)  Augustinus afer. Saint Augustin : Africanité et universalité. Actes du colloque international Alger-Annaba, 1-7 avril 2001, textes réunis par Pierre-Yves Fux, Jean-Michel Roessli et Otto Wermelinger (Paradosis 45/1-2), Fribourg, 2003.

4)   Saint Maurice et la Légion Thébaine / Mauritius und die Thebäische Legion. Actes du colloque international de Fribourg – St-Maurice – Martigny, 17-20 septembre 2003, textes réunis par Otto Wermelinger, Philippe Bruggisser, Beat Näf et Jean-Michel Roessli (Paradosis 49), Fribourg, 2005.

5)     Écrits apocryphes chrétiens, édition publiée sous la direction de Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, index établis par Jean-Michel Roessli et Sever Voicu (Bibliothèque de la Pléiade), t. 2, Paris, 2005 (second tirage 2006), « troisième tirage 2013 ».

6)    Christian Apocrypha. Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, April 2014.

Ouvrages personnels

7)     Les Oracles sibyllins. Origines païennes et appropriations chrétiennes. Livres I, 324-400; VI, VII, VIII, 217-500 (Corpus christianorum. Series apocryphorum), Turnhout.

8)    Oracles et prophéties dans le judaïsme et le christianisme ancien (Christianismes antiques), Genève : Labor et Fides (sous presse).

Ses contributions les plus récentes sont : Christian Apocrypha: Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, 2014 (avec Tobias Nicklas); « Les mystères païens et le mystère chrétien d’Alfred Loisy (1857-1940) et sa place dans les débats sur les origines du christianisme au début du XXe siècle », dans F. Amsler (dir.), Alfred Loisy dans l’histoire de l’exégèse biblique et des sciences des religions. Actes du colloque de Lausanne, 16-17 juin 2011, Mythos. Rivista di Storia delle Religioni 7 (2013, publ. 2014) 73-95 ; « De consensu evangelistarum », dans K. Pollmann et alii (dir.), The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, Oxford 2013, 261-266 ; « Sébastien Castellion et les Oracles sibyllins », dans M.-Ch. Gomez-Geraud (dir.), Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture. Actes du colloque international, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 15-16 avril 2010, Paris 2013, 223-238 ; « Les Oracles sibyllins », dans B. Pouderon et E. Norelli (dir.), Histoire de la littérature grecque chrétienne. Tome 2 : De Paul apôtre à Irénée de Lyon, Paris : Cerf, 2012, 591-618 ; « Le récit de la Passion dans les Oracles sibyllins », dans A. Gagné et J.-F. Racine (dir.), En marge du canon: études sur les écrits apocryphes juifs et chrétien (L’écriture de la Bible 2), Paris : Cerf, 2012, p. 159-200 ; « Mirabilia, miraculum », dans Augustinus-Lexikon, Fascicule 3,7/8, Bâle 2012, cols. 25-29 ; Antonio Orbe, Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles, traduction de l’espagnol de José Maria López de Castro, revue et complétée par Agnès Bastit et Jean-Michel Roessli avec la collaboration de Bernard Jacob et Pierre Molinié. Liminaire de Mgr Luis F. Ladaria, s.j. Avant-propos de Jean-Michel Roessli, 2 vols (Patrimoines. Christianisme), Paris : Cerf, 2012.

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du mercredi 19 février 2014

 

15h-17h

Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris

responsables : Jean-Pierre Albert, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat

Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain) et Agnès Guiderdoni (Fonds National de la Recherche Scientifique – Université catholique de Louvain)

Discutants : Giovanni Careri (ÉHESS) et Pierre-Antoine Fabre (ÉHESS)

Il est communément admis que le début de la modernité est marqué par une prise de distance à l’égard de la théologie, souveraine jusque-là. Cependant, il est plus juste de parler de reconfiguration que le savoir théologique, hérité de la scolastique, subit au contact d’une part de savoirs nouveaux et d’autre part de nouvelles lectures du texte des Écritures. La particularité et l’intérêt de ces reconfigurations résident dans le fait qu’elles permettent l’émergence de nouvelles formes de représentation du divin par le biais d’une réflexion fondamentale sur le statut de l’image et de la figure dans le champ plus spécifique de cette nouvelle « science expérimentale » que devient alors la mystique. Or il apparaît que c’est précisément le statut (entre littéral et figuré) de l’image qui constitue la pierre d’achoppement et la pierre de touche entre différentes modalités du discours sur Dieu et du discours de Dieu, ce que nous examinerons à travers les œuvres de quelques théologiens jésuites du XVIIe siècle.

Enregistrement audio de la séance :

Journée d’études « Théologie et sciences sociales », 24 janvier 2014

PRI « Théologie et sciences sociales », 24 janvier 2014

Le rite : théologie et sciences sociales

L’action rituelle est un élément capital (et sans doute universel) des pratiques religieuses. C’est une des raisons, on peut le supposer, pour lesquelles le rituel – sa nature, son efficacité, sa légitimité – a fait de longue date l’objet d’analyses théologiques ou philosophiques souvent critiques : que l’on songe par exemple au rejet des sacrifices d’animaux chez les pythagoriciens et les prophètes juifs. Dans ces exemples, au-delà des arguments moraux, on voit effleurer une suspicion liée à la nature même de l’acte rituel : magisme, déconnexion avec l’intériorité du croyant… Le rite n’est-il pas toujours menacé par le ritualisme ? Ne déplace-t-il pas l’intention religieuse de l’essentiel vers l’accessoire ? En même temps, une chose est certaine : les pratiques rituelles, les liturgies sont souvent posées par les acteurs religieux comme des enjeux cruciaux, et leur respect est aussi bien associé aux expériences mystiques les plus hautes. Ce qui peut inviter le théologien à s’interroger sur la part de la ritualité dans la possibilité même d’une expérience religieuse.

Les sciences sociales, de leur côté, ont multiplié les hypothèses sur les sources de l’efficacité des rites et leur fonction, sociale et/ou psychologique. Dans quelle mesure ces savoirs peuvent-ils éclairer la contribution propre de la ritualité à la constitution d’un « monde de la religion » ? Ne permettent-ils pas également de comprendre (en dehors bien entendu de toute intention normative) les ambivalences du rite mentionnées plus haut, ou encore certaines disjonctions opérées ou souhaitées entre rite et religion ? Dans quelle mesure, enfin, y a-t-il une possible convergence entre le discours de la théologie et celui des sciences sociales dès lors que l’apport d’intelligibilité de ces dernières consiste en la mise au jour de la théologie indigène, parfois implicite, des pratiques ?

Programme :

Journée d’études, Université de Toulouse II, Maison de la Recherche, salle D 155, sous la responsabilité de Jean-Pierre Albert :

9h 15  Jean-Pierre Albert, Pierre Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat (EHESS) : Présentation de la journée

9h 45 Camille Tarot (Université de Caen): Rites, mythes et théologie. Dilemmes et questions

10h 45  pause

11h Jean-Pierre Albert : Une théologie implicite ? Récits et normes du sacrifice dans la bible hébraïque

12h Interventions des discutants, Christophe Grellard (Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne) et Alain Rauwel (CEIFR, ÉHESS/CNRS), et débat

12h 45 Buffet

14h Anne Bouchy (EFEO) : Rite ou religion ? Des effets dans la société japonaise contemporaine d’une dissociation autoritaire faite à l’époque Meiji (1868-1912)

15h Danièle Hervieu-Léger (EHESS), Réformer la liturgie, réformer par la liturgie : turbulences monastiques dans le moment du concile de Vatican II

16h pause

16h 15-17h 30 Interventions des discutants et débat général

 

Texte de Camille Tarot, Les rites entre modernité, théologies et sciences sociales. Dilemmes et questions

Texte de Jean-Pierre Albert, Théologie et anthropologie. L’exemple de l’étude du sacrifice dans la bible hébraïque

 

 

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Mercredi 18 décembre

15 h-17h, Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 PARIS

Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes

 

 

“Théologie et sciences sociales : des sujets aux objets et retour”

Après un rappel par Pierre Lassave de quelques tensions entre sciences sociales et théologies, la dynamique de la séance sera centrée avec Bruno Latour sur ce que son “enquête sur les modes d’existence” (EME) permet de penser de ces tensions, des sujets et objets qui s’y échangent.

La discussion sera animée par Danièle Hervieu-Léger

Texte introductif de P. Lassave : PRI 18 déc-INTRO

Enregistrement audio du séminaire :

 

Sciences sociales du religieux

La proposition d’un PRI « Sciences sociales du religieux » résulte de deux constats simples. Le premier : de nombreux centres, groupes ou enseignants-chercheurs et chercheurs singuliers de l’École des hautes études en sciences sociales touchent la question sociale, politique, artistique, intellectuelle de la place du religieux dans les sociétés humaines, aussi bien en Europe qu’hors d’Europe, et aussi bien dans le monde contemporain que dans différents moments historiques. Le second : cette nébuleuse n’a jamais pris la forme dans l’École d’une structure déterminée qui intégrerait l’ensemble des forces qui la constituent. Le CEIFR ou le CARE, qui représentent les tentatives les plus abouties dans ce domaine, n’ont jamais prétendu absorber la diversité extrême de cette réalité. Il est apparu, lors de nombreux échanges avec les collègues les plus concernés comme auprès des instances de direction de l’École, qu’il fallait rendre compte de ces deux constats : d’une part de l’existence de ces forces, et de leur signification dans l’ensemble du champ des sciences sociales ; d’autre part, de leur caractère disséminé, précisément lié à la nature tout à la fois profuse et diffuse de ce que l’on peut appeler le « religieux » dans les mondes sociaux. Il fallait, en quelque sorte, faire émerger cet immergé, sans en perdre la richesse propre. D’où l’initiative d’un Programme de recherches interdisciplinaires, qui aurait pour objet tout à la fois de faire apparaître par la circulation de l’information les multiples travaux, séminaires, publications, interventions dans ce domaine au sein de l’École, et de promouvoir des recherches communes, mobilisant le plus largement possible entre les disciplines, les périodes, les « aires culturelles ». C’est une proposition simple. Elle n’est nullement contradictoire avec les appartenances disciplinaires ou les priorités thématiques de chacun des groupes qui constitueraient la trame de ce PRI ; mais elle est aujourd’hui bien venue, dans un moment où l’École, selon les modes et selon un rythme qui s’écrivent quotidiennement, s’inscrit dans des ensembles plus vastes, et où, sur un terrain comme celui-ci, il est important qu’elle fasse valoir ses ressources, justement faite d’une pluralité de terrains et de méthodes, dans un domaine aussi immédiatement sensible et irréductiblement complexe que celui des formations religieuses (institutions, systèmes de pensée, pratiques de corps et d’esprit, etc.). Il est important en particulier que ces ressources s’affirment dans le contexte de l’activité, depuis cette rentrée 2011 et pour les dix ans qui viennent, du Laboratoire d’excellence sur l’histoire et l’anthropologie du savoir, des techniques et des croyances, qui fédère comme on le sait au niveau du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur Hesam un nombre important d’unités et de centres impliqués dans le domaine des recherches sur les « faits religieux ».

Qu’est-ce que la théologie ? Frédéric Nef, (EHESS)

Theologia

Qu’est-ce que la théologie ?

                      Frédéric Nef, (EHESS)

                     PRI Sciences sociales du religieux

        On pourrait dire de quelqu’un qui ne connaît rien au sujet de la théorie générale de la relativité ou de la théorie quantique des champs, mais qui prend au mot un physicien quand il dit qu’on peut donner un sens à des énoncés comme « Un espace peut avoir une courbure non-o » et « Un électron est à la fois une onde et une particule », et que ces énoncés n’expriment pas des propositions impossibles, que cette personne est dans une attitude analogue à celle qui prend au mot l’Eglise, quand elle dit que  des énoncés comme « Dieu est trois personnes en un être » et « Jésus Christ est pleinement divin et pleinement humain » veulent dire quelque chose et n’expriment pas des propositions impossibles

Peter Van Inwagen, God, Knowledge, and Mystery, Ithaca, Cornell University Press, 1995, p. 220.

 

Préliminaires

 

Que ce soit par exemple chez Weber, ou plus près de nous chez Eric Vogelin, à propos de la gnose et du totalitarisme, la théologie – une partie de celle-ci, l’hérésiologie chez Vogelin – a souvent joué un rôle pour interpréter des phénomènes sociaux. Dans l’histoire de l’art, l’histoire de la musique ou l’histoire de la philosophie la connaissance de théologie joue un rôle nécessaire. En histoire il n’est pas besoin d’insister sur la complète impossibilité de mettre entre parenthèse la théologie. Mais nous ne traiterons pas ici de l’intrication de la théologie avec les sciences sociales, mais de la place de la théologie dans les sciences sociales du religieux. Il serait possible de passer en revue ces sciences et examiner pas à pas l’incidence de la théologie, mais cette méthode supposerait que nous ayons une idée claire de ce que l’on entend par théologie. Il vaut mieux donc commencer aujourd’hui par examiner et proposer à la discussion ce que l’on entend par théologie.

Lire la suite

Programme du séminaire : Théologie et sciences sociales, l’an Deux

Théologie et sciences sociales, l’an Deux

Les mercredis,

Salle Alphonse Dupront

10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris

responsables :

Jean-Pierre Albert, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat

Exposé des motifs

Ce séminaire organisé dans le cade du PRI « Religieux et sciences sociales », en alternance avec les séances du Dictionnaire dynamique des faits religieux, propose de réunir autour d’un objet largement fuyant, la théologie, les chercheurs en sciences sociales, toutes disciplines et aires culturelles confondues, au prise avec la polysémie des discours sur le divin et leur problématique inclusion à l’âge de la définition des périmètres académiques et des stratégies discursives afférentes (XIXe-XXe siècles). Pour le monde occidental, la démarche est génétique : comment passe-t-on de la philosophie antique à la théologie médiévale, et comment cette dernière, dans sa définition scolastique, parvient-elle à innerver à long terme, via la philosophie classique, les conceptions de l’homme et de la société en régime hétéronome puis autonome ? Avant le christianisme et au-delà de l’Occident, quel sens peut-il y avoir à parler de « théologie » ? Autour de ces nœuds problématiques seront abordées les questions suivantes : la théologie entre sujets et objets ; théologie et ritologie ; la théologie au défi des images ; la théologie avant la « théologie » ; théologie et droit ; la théologie à l’âge des sciences sociales.

Calendrier

1. 18 décembre 2013

Bruno Latour, Pierre Lassave, Théologie et sciences sociales : des sujets aux objets et retour

Discutante : Danièle Hervieu-Léger

2. 24 janvier 2014

Journée d’études, Université de Toulouse II, Maison de la Recherche, salle D 155, sous la responsabilité de Jean-Pierre Albert :

9h 15  Jean-Pierre Albert, Pierre Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat (EHESS) : Présentation de la journée

9h 45 Camille Tarot (Université de Caen): Rites, mythes et théologie. Dilemmes et questions

10h 45  pause

11h Jean-Pierre Albert : Une théologie implicite ? Récits et normes du sacrifice dans la bible hébraïque

12h Interventions des discutants, Christophe Grellard (Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne) et Alain Rauwel (CEIFR, ÉHESS/CNRS), et débat

12h 45 Buffet

14h Anne Bouchy (EFEO) : Rite ou religieux ? Des effets dans la société japonaise contemporaine d’une dissociation autoritaire faite à l’époque Meiji (1868-1912)

15h Danièle Hervieu-Léger (EHESS), Réformer la liturgie, réformer par la liturgie : turbulences monastiques dans le moment du concile de Vatican II

16h pause

16h 15-17h 30 Interventions des discutants et débat général

3. 19 février 2014

Agnès Guiderdoni, Ralph Dekoninck, Louvain-la Neuve : La théologie au défi des images

4. 30 avril 2014

Claude Calame : La théologie avant la « théologie »

5. 21 mai 2014

Paolo Napoli, Emanuele Conte : Théologie et droit

6. 11 juin 2014

La théologie en tensions

– Jean-Michel Roessli : La théologie au défi des sciences sociales naissances (la conjoncture moderniste : 1880-1920)

– Catherine Clémentin-Ojha : Le grand écart du théologien : autour de l’œuvre de Francis Clooney, théologien et indianiste

Discutant : François Trémolières