Séance du mercredi 11 Juin 2014 – Théologie et sciences sociales – La théologie en tensions

SÉANCE DU MERCREDI 11 JUIN 2014 –  Théologie et sciences sociales

15h-18h, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

La théologie en tensions

Enregistrement audio de la séance ( 3h ) :

Périmètre d’appartenance ou science aux limites incertaines, la théologie ne pourrait-elle se définir qu’en tensions ? L’exploration collective, dont cette séance achève l’an deux, a montré quels chemins tortueux sont obligés d’emprunter les chercheurs en sciences sociales soucieux d’intégrer cette « reine » des sciences de l’architectonique scolastique dans la genèse de leurs traditions intellectuelles. Après avoir exploré diverses articulations de champs : théologie et rite, théologie et images, théologie et droit – la conjonction « et » ayant pour objet d’explorer un certain nombre de points de fuite d’une science de l’incomplétude même –, il est cette fois proposé d’aborder ces « tensions » dans deux perspectives complémentaires : au cœur de la grande fabrique occidentale des sciences sociales et depuis un « ailleurs » de l’Occident (le monde indien) dans sa confrontation à une catégorie exogène.

– Jean-Michel Roessli (Université Concordia, Montréal, directeur d’études invité du PRI ÉHESS « religieux et sciences sociales »), La théologie au défi des sciences sociales naissantes (la conjoncture moderniste : 1880-1920)

 Catherine Clémentin-Ojha (ÉHESS, Centre Inde), Le grand écart du théologien : autour de l’œuvre de Francis Clooney, théologien et indianiste

 

 

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du 30 Avril 2014

Claude Calame : La théologie avant la « théologie »

« Théologiens » sans théologie ? mythes, rituels et poètes en régime polythéiste grec (une perspective d’anthropologie historique)

Grec, le terme theologia nous place devant le même défi sémantique que le terme mûthos: de même que pour le « mythe », par « théologie » on désigne d’un terme grec un concept qui est étranger à la culture hellène. En guise de prélude, il s’agira de revenir sur les rares emplois de theologia et theologos chez Platon, puis chez Aristote.
Cet exercice préalable de sémantique en contexte conduit à des figures de poètes et à des formes poétiques qui ont une fonction que nous désignerions comme religieuse. Ce sont des formes de poésie qui mettent en scène les actions d’un passé héroïque, dans la proximité avec les dieux qui nous apparaît comme relevant d’un mythologie. Ces récits s’avèrent souvent mis en relation avec l’institution de pratiques cultuelles que nous appréhendons en tant que rituels. Quant aux formes poétiques qui réalisent et dramatisent des récits « mythiques » d’une extraordinaire plasticité, elles sont elles-mêmes des actes de culte: offrandes musicales dans la performance rituelle à l’une ou l’autre des figures divines d’un panthéon dont la configuration change d’une cité à l’autre. La mythologie grecque adossée à la pratique poétique ritualisée, entre croyances et pratiques cultuelles, constituerait-elle dès lors une théologie?
En conclusion et en retour critique, on s’interrogera brièvement, à propos du concept de « religion », sur la difficulté des convergences souhaitables entre approches théologiques,  centrées sur le monothéisme chrétien, et approches anthropologiques, fondées sur la comparaison entre des cultures différentes : théologie et sciences sociales !
Enregistrement audio du séminaire :

 

Texte de référence : Mythe.Pragmatique.Europe1005-6.2013

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du mercredi 19 février 2014

 

15h-17h

Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris

responsables : Jean-Pierre Albert, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat

Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain) et Agnès Guiderdoni (Fonds National de la Recherche Scientifique – Université catholique de Louvain)

Discutants : Giovanni Careri (ÉHESS) et Pierre-Antoine Fabre (ÉHESS)

Il est communément admis que le début de la modernité est marqué par une prise de distance à l’égard de la théologie, souveraine jusque-là. Cependant, il est plus juste de parler de reconfiguration que le savoir théologique, hérité de la scolastique, subit au contact d’une part de savoirs nouveaux et d’autre part de nouvelles lectures du texte des Écritures. La particularité et l’intérêt de ces reconfigurations résident dans le fait qu’elles permettent l’émergence de nouvelles formes de représentation du divin par le biais d’une réflexion fondamentale sur le statut de l’image et de la figure dans le champ plus spécifique de cette nouvelle « science expérimentale » que devient alors la mystique. Or il apparaît que c’est précisément le statut (entre littéral et figuré) de l’image qui constitue la pierre d’achoppement et la pierre de touche entre différentes modalités du discours sur Dieu et du discours de Dieu, ce que nous examinerons à travers les œuvres de quelques théologiens jésuites du XVIIe siècle.

Enregistrement audio de la séance :

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Mercredi 18 décembre

15 h-17h, Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 PARIS

Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes

 

 

“Théologie et sciences sociales : des sujets aux objets et retour”

Après un rappel par Pierre Lassave de quelques tensions entre sciences sociales et théologies, la dynamique de la séance sera centrée avec Bruno Latour sur ce que son “enquête sur les modes d’existence” (EME) permet de penser de ces tensions, des sujets et objets qui s’y échangent.

La discussion sera animée par Danièle Hervieu-Léger

Texte introductif de P. Lassave : PRI 18 déc-INTRO

Enregistrement audio du séminaire :