Journée d’études « Théologie et sciences sociales », 24 janvier 2014

PRI « Théologie et sciences sociales », 24 janvier 2014

Le rite : théologie et sciences sociales

L’action rituelle est un élément capital (et sans doute universel) des pratiques religieuses. C’est une des raisons, on peut le supposer, pour lesquelles le rituel – sa nature, son efficacité, sa légitimité – a fait de longue date l’objet d’analyses théologiques ou philosophiques souvent critiques : que l’on songe par exemple au rejet des sacrifices d’animaux chez les pythagoriciens et les prophètes juifs. Dans ces exemples, au-delà des arguments moraux, on voit effleurer une suspicion liée à la nature même de l’acte rituel : magisme, déconnexion avec l’intériorité du croyant… Le rite n’est-il pas toujours menacé par le ritualisme ? Ne déplace-t-il pas l’intention religieuse de l’essentiel vers l’accessoire ? En même temps, une chose est certaine : les pratiques rituelles, les liturgies sont souvent posées par les acteurs religieux comme des enjeux cruciaux, et leur respect est aussi bien associé aux expériences mystiques les plus hautes. Ce qui peut inviter le théologien à s’interroger sur la part de la ritualité dans la possibilité même d’une expérience religieuse.

Les sciences sociales, de leur côté, ont multiplié les hypothèses sur les sources de l’efficacité des rites et leur fonction, sociale et/ou psychologique. Dans quelle mesure ces savoirs peuvent-ils éclairer la contribution propre de la ritualité à la constitution d’un « monde de la religion » ? Ne permettent-ils pas également de comprendre (en dehors bien entendu de toute intention normative) les ambivalences du rite mentionnées plus haut, ou encore certaines disjonctions opérées ou souhaitées entre rite et religion ? Dans quelle mesure, enfin, y a-t-il une possible convergence entre le discours de la théologie et celui des sciences sociales dès lors que l’apport d’intelligibilité de ces dernières consiste en la mise au jour de la théologie indigène, parfois implicite, des pratiques ?

Programme :

Journée d’études, Université de Toulouse II, Maison de la Recherche, salle D 155, sous la responsabilité de Jean-Pierre Albert :

9h 15  Jean-Pierre Albert, Pierre Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat (EHESS) : Présentation de la journée

9h 45 Camille Tarot (Université de Caen): Rites, mythes et théologie. Dilemmes et questions

10h 45  pause

11h Jean-Pierre Albert : Une théologie implicite ? Récits et normes du sacrifice dans la bible hébraïque

12h Interventions des discutants, Christophe Grellard (Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne) et Alain Rauwel (CEIFR, ÉHESS/CNRS), et débat

12h 45 Buffet

14h Anne Bouchy (EFEO) : Rite ou religion ? Des effets dans la société japonaise contemporaine d’une dissociation autoritaire faite à l’époque Meiji (1868-1912)

15h Danièle Hervieu-Léger (EHESS), Réformer la liturgie, réformer par la liturgie : turbulences monastiques dans le moment du concile de Vatican II

16h pause

16h 15-17h 30 Interventions des discutants et débat général

 

Texte de Camille Tarot, Les rites entre modernité, théologies et sciences sociales. Dilemmes et questions

Texte de Jean-Pierre Albert, Théologie et anthropologie. L’exemple de l’étude du sacrifice dans la bible hébraïque