Séances des 5 mars et 2 avril 2014 – Séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux

Séances des 5 mars et 2 avril 2014 : Littérature et religion

– Littérature et religion : distinction et articulation des « champs »

  • Pierre Judet de Lacombe, Religion et épopée, ou la recomposition épique du divin en Grèce ancienne

Télécharger : Dictionnaire dynamique. P. Judet, textes

  • François Trémolières, Bible et littérature en France au XVIIe siècle

Télécharger :  Sacré – Universalis, F. Trémolières

discutants : Frédéric Gugelot et Pierre Lassave

Enregistrement audio des 2 séances :

(cliquez sur la séance de votre choix)

– Littérature et religion en contextes :

  • christianisme, par Frédéric Gugelot 
  • judaïsme, par Philippe Zard

discutants : François Trémolières et Régine Azria

 

Dans la première des deux séances, on cherchera à maîtriser la question épineuse des « champs », de leur articulation (la littérature et la religion, par exemple l’épopée et la religion en Grèce ancienne), comme de leur distinction en régime moderne avec la constitution d’un champ littéraire autonome (même si cette « autonomie » mérite d’être discutée). Pour lancer la discussion, François Trémolières fait circuler sa contribution au Grand Atlas Universalis des littératures (Paris, 1990, p. 707-712). 

La seconde séance voudrait mettre à la discussion la question des rapports littérature/religion en contextes, dans des aires et des histoires culturelles considérées pour elles-mêmes : quel(s) sens peut-il y avoir à qualifier la littérature de « juive » ou de « chrétienne », ces deux « contextes » n’étant, espérons-le, que le point de départ d’une exploration appelée à s’étendre à d’autres religions et à d’autres aires culturelles ?

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du mercredi 19 février 2014

 

15h-17h

Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris

responsables : Jean-Pierre Albert, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat

Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain) et Agnès Guiderdoni (Fonds National de la Recherche Scientifique – Université catholique de Louvain)

Discutants : Giovanni Careri (ÉHESS) et Pierre-Antoine Fabre (ÉHESS)

Il est communément admis que le début de la modernité est marqué par une prise de distance à l’égard de la théologie, souveraine jusque-là. Cependant, il est plus juste de parler de reconfiguration que le savoir théologique, hérité de la scolastique, subit au contact d’une part de savoirs nouveaux et d’autre part de nouvelles lectures du texte des Écritures. La particularité et l’intérêt de ces reconfigurations résident dans le fait qu’elles permettent l’émergence de nouvelles formes de représentation du divin par le biais d’une réflexion fondamentale sur le statut de l’image et de la figure dans le champ plus spécifique de cette nouvelle « science expérimentale » que devient alors la mystique. Or il apparaît que c’est précisément le statut (entre littéral et figuré) de l’image qui constitue la pierre d’achoppement et la pierre de touche entre différentes modalités du discours sur Dieu et du discours de Dieu, ce que nous examinerons à travers les œuvres de quelques théologiens jésuites du XVIIe siècle.

Enregistrement audio de la séance :

Dictionnaire dynamique des faits religieux. Vocabulaire des sciences sociales du religieux 2013-2014

Dictionnaire dynamique des faits religieux

5 FÉVRIER 2014

 

Heidegger, par Claudia-Cristina Serban

Excommunication, exclusion, réconciliation, par Catherine Clémentin-Ojha et Émilie Rosenblieh

discutante : Évelyne Oliel-Grausz (enregistrement non disponible)

Enregistrement audio de la séance :