Jean-Michel Roessli, directeur d’études invité au CEIFR (mai-juin 2014)

Jean-Michel Rössli

 

Professeur associé au département de théologie de l’Université Concordia à Montréal (Canada), Jean-Michel Roessli est un historien des religions de réputation internationale. D’abord spécialisé dans les transferts religieux tardo-antiques du paganisme au christianisme, à la suite de sa thèse qui portait sur les oracles sibyllins et leurs prolongements chrétiens, il a élargi son champ d’investigation au vaste problème des prophéties en histoire des religions. C’est sa remarquable connaissance des mondes religieux tardo-antiques et de la construction du champ des sciences sociales des religions au cours du XIXe siècle qui motive sa candidature d’un mois sur trois ans à l’ÉHESS, dans le cadre d’un programme collaboratif sur « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) », lancé par Dominique Iogna-Prat et intégré au Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales ».

Programme des séminaires : « En quête des origines. Historiographie de l’Église ancienne à l’époque de la crise moderniste »

Sous l’impulsion de l’histoire ou science comparée des religions, qui naît en Allemagne dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et des nouvelles orientations prises par l’histoire du christianisme telle qu’elle se développe en Europe à la même époque, les représentations et compréhensions traditionnelles que l’on se faisait jusque-là de l’Église ancienne – on devrait plutôt parler des Églises anciennes – a changé en profondeur. À la faveur des progrès de l’exégèse biblique et des nouvelles méthodes de lecture des textes anciens, les modèles ecclésiologiques sur lesquels s’était fondée l’histoire de l’Église, longtemps tributaire des perspectives confessionnelles de ses représentants, se sont vus remis en cause et ébranlés par le travail de déconstruction critique opéré par les nouvelles générations d’exégètes et d’historiens, dont les approches se faisaient elles-mêmes l’écho de changements de paradigmes et de principes herméneutiques dans l’étude du religieux, changements jugés plus conformes aux critères de « scientificité » et de rationalité de l’époque, mais pas toujours nécessairement dépourvus de parti-pris confessionnel. Ce sont les tenants et aboutissants de ces changements dans le traitement de l’ecclésiologie ancienne chez les historiens et biblistes européens des années 1850 à 1930 environ qu’il propose d’interroger et d’explorer.

Suivant une perspective résolument historique, non seulement détachée de tout a priori confessionnel mais désireuse aussi d’en comprendre la portée et les implications, l’objectif de cette recherche est de définir le rôle et la signification, tant sociale que théologique, de l’Église ancienne pour les historiens du christianisme de la deuxième moitié du XIXe et du début du XXe siècle. S’inspirant notamment des travaux d’Émile Poulat, directeur d’études honoraire à l’ÉHESS et véritable pionnier des recherches sur Alfred Loisy et la crise moderniste, et ceux de François Laplanche, ancien directeur de recherches au CNRS et éminent spécialiste de l’histoire de l’exégèse biblique à l’époque moderne, J.-M. Roessli élargira le tableau dressé par ces deux savants en intégrant ce qui se passe en France au tournant du XXe siècle dans le cadre plus large de la science européenne de l’époque, Émile Poulat et François Laplanche étant restés généralement cantonnés à l’Hexagone.

Le premier séminaire sera donc consacré à dégager les grands axes de la conception de l’ecclésiologie ancienne chez les historiens et biblistes européens des années 1850 à 1930 environ. De manière à être aussi exhaustif que possible, il (re)donnera la parole à des figures connues et moins connues de l’histoire et de la théologie européennes de l’époque.

Dans un deuxième temps, il se tournera vers l’une des œuvres les plus influentes et significatives de la période, L’essence du christianisme (Das Wesen des Christentums, 1900) d’Adolf von Harnack et l’immense impact qu’elle a exercé dans les débats sur la nature de l’Église ancienne dans les milieux protestants et catholiques de l’époque, qui est celle où s’élaborent les deux principaux monuments de la sociologie des religions : les Soziallehren d’Ernst Troeltsch et les Formes élémentaires de la vie religieuse d’Émile Durkheim (1912).

Comme contrepoint à ce deuxième volet, il abordera, au cours du troisième séminaire, la vision de l’Église ancienne dans l’œuvre et la pensée d’Alfred Loisy, en particulier dans sa réfutation de la thèse de Harnack, intitulée L’Évangile et l’Église (1902), ainsi que dans les mises au point que constituent Autour d’un petit livre (1903) et La naissance du christianisme, cette dernière œuvre écrite à l’automne de sa vie (1932).

Dans une quatrième étape, il se penchera sur la façon dont les historiens du christianisme et les théologiens du tournant du XXe siècle entrevoient les rapports entre mystères et Église, qu’il s’agisse de la question, largement disputée à l’époque, de l’influence, supposée ou réelle, des cultes à mystères sur la formation du premier christianisme, ou de la place du mystère dans l’ecclésiologie ancienne, voire de l’Église conçue elle-même comme mystère, c’est-à-dire comme manifestation de Dieu dans l’Histoire. Pour répondre à cette question, il procèdera à une analyse comparative des œuvres de Richard Reitzenstein, Wilhelm Bousset, Claus Clemen, Alfred Loisy, Marie-Joseph Lagrange, Hugo Rahner et Louis Bouyer, pour ne citer que quelques noms parmi les plus représentatifs sur ce sujet.

Pour mener à bien cette enquête, J.-M. Roessli s’appuiera non seulement, comme il se doit, sur les écrits de ces savants, mais aussi sur les débats et controverses qu’ils ont suscités auprès de leurs contemporains et auxquels il s’efforcera de redonner vie en recourant, autant que faire se peut, à leur correspondance – parce qu’ils s’y expriment souvent de façon plus libre et plus personnelle – et aux comptes rendus et études critiques qu’ils ont fait paraître dans les nombreuses revues savantes de l’époque (Revue d’histoire et de littérature religieuses, Revue critique, Revue de l’histoire des religions, etc.), lesquelles étaient, on l’oublie parfois, des lieux de débats intellectuels privilégiés, que l’on aurait bien tort de négliger dans une recherche de ce type.

Prévue pour se poursuivre au cours des deux académiques suivantes (2014-2015, 2015-2016), la collaboration de J.-M. Roessli doit alimenter à la fois les publications prévues dans le programme collaboratif « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) » (spécialement le dictionnaire en préparation : L’Église. Un dictionnaire critique) et les travaux en cours du Dictionnaire dynamique des faits religieux (suite en ligne du Dictionnaire des faits religieux). Son intégration dans le volet « théologie et sciences sociales » du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales » lui permettra en outre de participer aux activités (séminaires et journées d’étude) de l’année 2013-2014.

3 séances :

Méditation : genèse et développements du concept dans les sciences sociales des religions
Dans le cadre du séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux.
Mercredi 4 juin de 15h à 17h à l’EHESS, salle Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris.

L’Église antique, ses relectures et se implications contemporaines chez Loisy

Dans le cadre du séminaire Ecclésiologie et théories anciennes de la société.
Jeudi 5 juin de 9h30 à 18h30 journée sur La Bible et les Pères, sources de renouveau ecclésiologique entre romantisme et modernisme à l’EHESS, salle du conseil A, 190 av. de France 75013 Paris.

La théologie au défi des sciences sociales naissantes : la conjoncture moderniste (1880-1920)

Dans le cadre du séminaire Théologie et sciences sociales.
Mercredi 11 juin de 15h à 17h à l’EHESS, salle Dupront, 10 rue Monsieur-le Prince 75005 Paris.

 

Principales publications

Ouvrages collectifs

1)  Jean de Menasce (1902-1973), textes réunis par Michel Dousse et Jean-Michel Roessli, Fribourg, 1998.

2)  John Block Friedman, Orphée au Moyen Âge, édité et traduit de l’anglais (États-unis) par Jean-Michel Roessli avec le concours de Valérie Cordonier et François-Xavier Putallaz. Avec une postface : « De l’Orphée juif à l’Orfée écossais. Bilan et perspec-tives » (Collection Vestigia n° 25), Fribourg-Paris, 1999.

3)  Augustinus afer. Saint Augustin : Africanité et universalité. Actes du colloque international Alger-Annaba, 1-7 avril 2001, textes réunis par Pierre-Yves Fux, Jean-Michel Roessli et Otto Wermelinger (Paradosis 45/1-2), Fribourg, 2003.

4)   Saint Maurice et la Légion Thébaine / Mauritius und die Thebäische Legion. Actes du colloque international de Fribourg – St-Maurice – Martigny, 17-20 septembre 2003, textes réunis par Otto Wermelinger, Philippe Bruggisser, Beat Näf et Jean-Michel Roessli (Paradosis 49), Fribourg, 2005.

5)     Écrits apocryphes chrétiens, édition publiée sous la direction de Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, index établis par Jean-Michel Roessli et Sever Voicu (Bibliothèque de la Pléiade), t. 2, Paris, 2005 (second tirage 2006), « troisième tirage 2013 ».

6)    Christian Apocrypha. Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, April 2014.

Ouvrages personnels

7)     Les Oracles sibyllins. Origines païennes et appropriations chrétiennes. Livres I, 324-400; VI, VII, VIII, 217-500 (Corpus christianorum. Series apocryphorum), Turnhout.

8)    Oracles et prophéties dans le judaïsme et le christianisme ancien (Christianismes antiques), Genève : Labor et Fides (sous presse).

Ses contributions les plus récentes sont : Christian Apocrypha: Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, 2014 (avec Tobias Nicklas); « Les mystères païens et le mystère chrétien d’Alfred Loisy (1857-1940) et sa place dans les débats sur les origines du christianisme au début du XXe siècle », dans F. Amsler (dir.), Alfred Loisy dans l’histoire de l’exégèse biblique et des sciences des religions. Actes du colloque de Lausanne, 16-17 juin 2011, Mythos. Rivista di Storia delle Religioni 7 (2013, publ. 2014) 73-95 ; « De consensu evangelistarum », dans K. Pollmann et alii (dir.), The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, Oxford 2013, 261-266 ; « Sébastien Castellion et les Oracles sibyllins », dans M.-Ch. Gomez-Geraud (dir.), Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture. Actes du colloque international, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 15-16 avril 2010, Paris 2013, 223-238 ; « Les Oracles sibyllins », dans B. Pouderon et E. Norelli (dir.), Histoire de la littérature grecque chrétienne. Tome 2 : De Paul apôtre à Irénée de Lyon, Paris : Cerf, 2012, 591-618 ; « Le récit de la Passion dans les Oracles sibyllins », dans A. Gagné et J.-F. Racine (dir.), En marge du canon: études sur les écrits apocryphes juifs et chrétien (L’écriture de la Bible 2), Paris : Cerf, 2012, p. 159-200 ; « Mirabilia, miraculum », dans Augustinus-Lexikon, Fascicule 3,7/8, Bâle 2012, cols. 25-29 ; Antonio Orbe, Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles, traduction de l’espagnol de José Maria López de Castro, revue et complétée par Agnès Bastit et Jean-Michel Roessli avec la collaboration de Bernard Jacob et Pierre Molinié. Liminaire de Mgr Luis F. Ladaria, s.j. Avant-propos de Jean-Michel Roessli, 2 vols (Patrimoines. Christianisme), Paris : Cerf, 2012.