Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du 30 Avril 2014

Claude Calame : La théologie avant la « théologie »

« Théologiens » sans théologie ? mythes, rituels et poètes en régime polythéiste grec (une perspective d’anthropologie historique)

Grec, le terme theologia nous place devant le même défi sémantique que le terme mûthos: de même que pour le « mythe », par « théologie » on désigne d’un terme grec un concept qui est étranger à la culture hellène. En guise de prélude, il s’agira de revenir sur les rares emplois de theologia et theologos chez Platon, puis chez Aristote.
Cet exercice préalable de sémantique en contexte conduit à des figures de poètes et à des formes poétiques qui ont une fonction que nous désignerions comme religieuse. Ce sont des formes de poésie qui mettent en scène les actions d’un passé héroïque, dans la proximité avec les dieux qui nous apparaît comme relevant d’un mythologie. Ces récits s’avèrent souvent mis en relation avec l’institution de pratiques cultuelles que nous appréhendons en tant que rituels. Quant aux formes poétiques qui réalisent et dramatisent des récits « mythiques » d’une extraordinaire plasticité, elles sont elles-mêmes des actes de culte: offrandes musicales dans la performance rituelle à l’une ou l’autre des figures divines d’un panthéon dont la configuration change d’une cité à l’autre. La mythologie grecque adossée à la pratique poétique ritualisée, entre croyances et pratiques cultuelles, constituerait-elle dès lors une théologie?
En conclusion et en retour critique, on s’interrogera brièvement, à propos du concept de « religion », sur la difficulté des convergences souhaitables entre approches théologiques,  centrées sur le monothéisme chrétien, et approches anthropologiques, fondées sur la comparaison entre des cultures différentes : théologie et sciences sociales !
Enregistrement audio du séminaire :

 

Texte de référence : Mythe.Pragmatique.Europe1005-6.2013