Jeudi 5 juin – Séminaire Ecclésiologie et théories anciennes de la société

 

 

Jeudi 5 juin, 9h30 à 18h30

EHESS, bâtiment France, salle du conseil A

190-198 avenue de France, Paris 13e

Sixième et dernière séance :

Séminaire Ecclésiologie et théories anciennes de la société

 

La Bible et les Pères, sources du renouveau ecclésiologique entre romantisme et modernisme

 

Bellarmin aura régné quasiment sans partage sur la pensée de l’Église-société pendant deux siècles. Le premier tiers du XIXsiècle est le moment où les choses commencent à bouger, loin des pôles universitaires et magistériels traditionnels : en Allemagne et en Angleterre, avec les savants de Tübingen et le Mouvement d’Oxford. Et c’est un regard neuf porté sur les textes des Pères qui conduit Möhler ou Newman à raisonner en d’autres termes, potentiellement révolutionnaires à la mesure même de leur ancrage traditionnel. Plus encore que les anciens traités, le donné biblique se révèle explosif lorsqu’il est analysé avec les outils de la « science nouvelle » : paradoxalement, c’est le retour à ce qu’il a de plus ancien qui signe l’affrontement du catholicisme et de la modernité. Un échec, sans doute – mais peut-être, à terme, un échec fécond ? La réflexion de cette dernière journée fera charnière avec les développements ultérieurs du séminaire.

1. Möhler et l’École de Tübingen, Michel Deneken (Université de Strasbourg)

2. Sur Newman, par Alain Rauwel

3. L’Église antique, ses relectures et ses implications contemporaines chez Loisy, par Jean-Michel Roessli (Université Concordia, Montréal, directeur d’études invité à l’EHESS)

4. Deux regards sur une crise fondatrice : le modernisme, par Christoph Theobald (Facultés jésuites, Paris), et François Trémolières (Université de Paris-Ouest, Nanterre-La Défense, CELLF).

 

 

Séance du mercredi 11 Juin 2014 – Théologie et sciences sociales – La théologie en tensions

SÉANCE DU MERCREDI 11 JUIN 2014 –  Théologie et sciences sociales

15h-18h, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

La théologie en tensions

Enregistrement audio de la séance ( 3h ) :

Périmètre d’appartenance ou science aux limites incertaines, la théologie ne pourrait-elle se définir qu’en tensions ? L’exploration collective, dont cette séance achève l’an deux, a montré quels chemins tortueux sont obligés d’emprunter les chercheurs en sciences sociales soucieux d’intégrer cette « reine » des sciences de l’architectonique scolastique dans la genèse de leurs traditions intellectuelles. Après avoir exploré diverses articulations de champs : théologie et rite, théologie et images, théologie et droit – la conjonction « et » ayant pour objet d’explorer un certain nombre de points de fuite d’une science de l’incomplétude même –, il est cette fois proposé d’aborder ces « tensions » dans deux perspectives complémentaires : au cœur de la grande fabrique occidentale des sciences sociales et depuis un « ailleurs » de l’Occident (le monde indien) dans sa confrontation à une catégorie exogène.

– Jean-Michel Roessli (Université Concordia, Montréal, directeur d’études invité du PRI ÉHESS « religieux et sciences sociales »), La théologie au défi des sciences sociales naissantes (la conjoncture moderniste : 1880-1920)

 Catherine Clémentin-Ojha (ÉHESS, Centre Inde), Le grand écart du théologien : autour de l’œuvre de Francis Clooney, théologien et indianiste

 

 

Mercredi 4 Juin 2014 – Séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux – Méditation

Attention nouvel horaire 15h-18h

 

MERCREDI 4 JUIN 2014, 10 rue Monsieur le Prince 75006 Paris – Salle Alphonse Dupront

Méditation

Enregistrement audio de la séance ( 3h ) :

Avec l’entrée « méditation », qui sera abordée par Arundhati Virmani (ÉHESS, Marseille), pour l’Inde, et Jean-Michel Rössli (Université Concordia, Montréal ; directeur invité du PRI sciences sociales du religieux) pour le monde chrétien, c’est une catégorie commune à de multiples religions qui est offerte à la réflexion collective. Terme au cœur du vocabulaire de l’intériorité en Occident, dans la sphère de la contemplation et de la mystique tout autant que dans celles des sciences philosophiques (les Méditations métaphysiques de Descartes) ou de la poésie (lesMéditations poétiques de Lamartine), la méditation est au cœur des pratiques de l’éveil dans les sagesses et religions orientales. En contexte de cross over du religieux moderne et post-moderne, la méditation est devenue une technique obligée de tout développement personnel. Il n’est pas jusqu’aux Meditations de John Coltrane pour nous rappeler les voies musicales propres aux envolées vers l’« amour suprême » (A Love Supreme).

 

Séminaire du PRI Sciences sociales du religieux – 21 mai 2014 – Paolo Napoli, Emanuele Conte, « Théologie et droit »

15h-17h, salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

 SEANCE DU 21 MAI 2014

Paolo Napoli, Emanuele Conte : « Théologie et droit »

Enregistrement audio du séminaire :

La dernière séance du séminaire, proposée par Claude Calame, a permis de souligner le paradoxe d’un terme grec, theologia, qui dans son acception actuelle s’est considérablement éloigné du sens que lui donnaient les anciens, durablement marqués par le discours instituant des poètes et les performances rituelles dans la Cité grecque. Fruit d’une longue évolution sémantique en contexte chrétien, le champ de la théologie n’émerge que tardivement dans la dynamique de la première scolastique, au cours du XIIe siècle. Dans l’organisation architectonique des sciences de tradition aristotélicienne, elle dispute la place de « science principale » (ou « architectonique ») au droit, dont les expressions (canonique et civile) accompagnent, avec l’émergence de la « politique », les constructions institutionnelles de l’Église et des différentes formes d’État laïque. D’où l’idée de traiter, à la source médiévale, les rapports en tension de la théologie et du droit, dont l’examen est essentiel dans la perspective d’une enquête collective sur la place qu’occupe la théologie dans la genèse des sciences de la société. La séance animée par Emanuele Conte et Paolo Napoli, partira d’une étude de cas, sur la base de l’ouvrage (à paraître tout prochainement) de l’historienne du droit Beatrice Pasciuta, Il diavolo in paradiso, dont un article proposé à la lecture préalable résume bien le propos (voir pièce jointe). B. Pasciuta analyse un ouvrage du pseudo Bartole du début du XIVe siècle dont l’objet est d’établir le sort de l’humanité. L’acteur-procurateur est le diable, l’accusé, le genre humain défendu par la Vierge, tandis que le juge est le Christ. Des échanges au cœur du procès émergent, bien sûr, mille et une questions « théologiques » qui en disent long, par le biais concret de la casuistique, sur les rapports entre droit et théologie, deux disciplines traditionnellement jalouses de leur identité. L’argument sera présenté et développé par E. Conte et P. Napoli en présence de B. Pasciuta, laquelle prendra part à la discussion collective.

IL DIAVOLO NEL MEDIOEVO, Atti del XLIX Convegno storico internazionale, Todi, 14-17 ottobre 2012 Pasciuta – Diavolo