Jean-Michel Roessli

Jean Michel Roessli

Professeur au département de théologie de l’Université Concordia à Montréal (Québec, Canada), Jean-Michel Roessli est un historien du christianisme et des religions. D’abord spécialisé dans les transferts religieux tardo-antiques du paganisme au christianisme, dont les Oracles sibyllins et leurs prolongements chrétiens, abordés dans sa thèse doctorat (2004), constituent l’un des exemples-types, il a élargi ensuite son champ d’investigation à la littérature apocryphe en général et au problème des prophéties en particulier. C’est sa connaissance des mondes religieux tardo-antiques et de la construction du champ des sciences sociales des religions au cours des XIXe et XXe siècles, avec un intérêt marqué pour l’historiographie du christianisme, qui motive sa participation au programme d’activités du CéSor et son engagement pour trois ans (2014-2016) comme directeur d’études invité à l’ÉHESS, dans le cadre d’un programme collaboratif sur « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) », lancé par Dominique Iogna-Prat et intégré au Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales ». La collaboration de Jean-Michel Roessli doit alimenter à la fois les publications prévues dans le programme collaboratif « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) » (spécialement le dictionnaire en préparation : L’Église. Un dictionnaire critique) et les travaux en cours du Dictionnaire dynamique des faits religieux (suite en ligne du Dictionnaire des faits religieux).

Interventions de Jean-Michel Roessli (mai-juin 2015)

Après être intervenu en mai-juin 2014 sur « Histoire et Parole de Dieu d’Edmond Ortigues dans la conjoncture théologique des années 1940-1950 », « Méditation : genèse et développements du concept dans les sciences sociales des religions », « L’Église antique, ses relectures et ses implications contemporaines chez Loisy » et « La théologie au défi des sciences sociales naissantes : la conjoncture moderniste (1880-1920) », le programme des conférences de cette année est le suivant :

1) 27 mai, dans le cadre du séminaire sur L’Église : un dictionnaire critique, 10 rue Monsieur-le-Prince, salle Dupront, 15h-19h :

« Autorité (doctrinale) : canon, canonicité, apocryphe, apocryphi(ci)té, pseudépigraphie, jalons pour une notice de dictionnaire » (séance double)

2) 28 mai, dans le cadre du séminaire d’Ecclésiologie, journée Patristique et Ecclésiologie, Bâtiment France, 180-190 avenue de France, salle 15, jeudi 14h00-18 h30, vendredi 9h30-12 h30 :

« L’ecclésiologie des Pères dans l’œuvre de Henri de Lubac »

3) 3 juin, dans le cadre du séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux et de L’Église : un dictionnaire critique, 10 rue Monsieur-le-Prince, salle Dupront, 15h-19h :

« Hérésie et hérésiologie dans l’historiographie des XIXe et XXe siècles »

Au début de son séjour parisien, Jean-Michel Roessli interviendra aussi lors de la Deuxième journée d’études sur Figures monothéistes du paganisme dans le cadre du programme « Revisister les monothéismes » du Laboratoire d’études sur les monothéismes (LEM – UMR 8584). Il animera un séminaire intitulé « Dire Dieu, dire le Christ dans les Oracles sibyllins » (18 mai 2015, 10h00-18 h00, Institut Protestant de Théologie, salle 21, 83 Boulevard Arago).

Signes de son implication dans l’étude des littératures apocryphes, Jean-Michel Roessli est un membre actif de l’AELAC (Association pour l’étude de la littérature apocryphe chrétienne : http://wp.unil.ch/aelac/), du comité de rédaction d’Apocrypha : revue internationale des littératures apocryphes (http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=APOCRA) et coordinateur du comité de direction de la collection de poche Apocryphes éditée par Brepols et dont le dernier volume, réalisé sous sa supervision, est paru en automne 2014 : The Syriac Pseudo-Clementines : An Early Version of the First Christian Novel, traduit en anglais par F. Stanley Jones :

http://www.brepols.net/pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503551111-1

Parmi ses publications les plus récentes, signalons :

  • « North American Approaches to the Study of the Christian Apocrypha on the World Stage », dans Tony Burke & Brent Landau (dir.), Forbidden Texts on the Western Frontier : The Christian Apocrypha in North American Perspectives, Eugene, Oregon : Cascade books (sous presse).
  • Christian Apocrypha : Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 2014 (avec Tobias Nicklas) ; cf. http://www.v-r.de/de/title-174-174/christian_apocrypha-1010697/print/9783647540160.pdf
  • Direction scientifique du dossier « Les métamorphoses d’Orphée », dans Charles Méla – Frédéric Moeri (dir.), Alexandrie la Divine (Genève : La Baconnière, Mars 2014), p. 608-631.
  • « Orphée, médiateur des sagesses grecques et barbares », dans ibid, p. 610-617.
  • « Orphée juif et chrétien », dans ibid , p. 629-631.
  • « Alexandrie, berceau de la poésie sibylline juive et chrétienne », dans ibid, p. 768-773.
  • « Les mystères païens et le mystère chrétien d’Alfred Loisy (1857-1940) et sa place dans les débats sur les origines du christianisme au début du XXe siècle », dans Frédéric Amsler (dir.), Alfred Loisy dans l’histoire de l’exégèse biblique et des sciences des religions. Actes du colloque de Lausanne, 16-17 juin 2011, Rivista di Storia delle Religioni 7 (2013, publ. 2014) 73-95.
  • « De consensu evangelistarum», dans Karla Pollmann et alii (dir.), The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, Oxford 2013, p. 261-266.
  • « Sébastien Castellion et les Oracles sibyllins», dans Marie-Christine Gomez-Geraud (dir.), Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture. Actes du colloque international, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 15-16 avril 2010, Paris 2013, p. 223-238.
  • « Les Oracles sibyllins», dans Bernard Pouderon et Enrico Norelli (dir.), Histoire de la littérature grecque chrétienne. Tome 2 : De Paul apôtre à Irénée de Lyon, Paris : Cerf, 2012, p. 591-618.
  • « Le récit de la Passion dans les Oracles sibyllins», dans André Gagné et Jean-François Racine (dir.), En marge du canon : études sur les écrits apocryphes juifs et chrétien (L’écriture de la Bible 2), Paris : Cerf, 2012, p. 159-200.
  • « Mirabilia, miraculum », dans Augustinus-Lexikon, Fascicule 3,7/8, Bâle 2012, cols. 25-29.
  • Antonio Orbe, Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles, traduction de l’espagnol de José Maria López de Castro, revue et complétée par Agnès Bastit et Jean-Michel Roessli avec la collaboration de Bernard Jacob et Pierre Molinié. Liminaire de Mgr Luis F. Ladaria, s.j. Avant-propos de Jean-Michel Roessli, 2 vols (Patrimoines. Christianisme), Paris : Cerf, 2012.

Séminaire Théologie et sciences sociales

Éloi Ficquet

Les controverses christologiques éthiopiennes aux 18e et 19e siècles: questionnements et tâtonnements de théologie politique

 Mercredi 15 avril 2015

15h-18h

Salle Dupront

10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

 « Le Père oint, le fils est oint, le Saint-Esprit est l’onction », telle est la formule qui résume le dogme trinitaire défendu par le mouvement messianique qualifié d’ « onctioniste » (qïbat en guèze, l’éthiopien ancien) qui s’est exprimé au sein de la chrétienté éthiopienne du début du dix-septième siècle jusqu’à la fin du dix-huitième sans s’éteindre complètement malgré les persécutions qui ont visé ses partisans. Le point de vue adverse, dit « unioniste » (tewahïdo), qui s’est imposé comme la ligne officielle de l’Église éthiopienne jusqu’à aujourd’hui, affirme que l’union des deux natures ne procède pas de l’onction, mais la précède, car « il naît en union à la nature divine » (be-tewahïdo weld ze-bahrïy). Le christ n’est pas investi, par onction ou par induction du Saint-Esprit, de la divinité, mais il naît d’emblée comme homme uni à dieu, et l’acte d’onction, dont il est lui-même l’onguent (qïb’ï), ne fait que le confirmer.

Les termes de ce débat, dont on vient de s’efforcer de présenter une version simplifiée, sont l’une des formes prises par les polémiques christologiques qui ont agité l’Église éthiopienne à différentes époques, contribuant à en instituer et à en diffuser la doctrine. Les controverses fondatrices de la doctrine chrétienne se sont transmises dans la pensée et la littérature éthiopiennes par la traduction et le commentaire de textes patristiques, notamment le recueil intitulé Qïrïllos composé principalement des positions christologiques défendues par saint Cyrille d’Alexandrie dans le contexte du concile d’Éphèse (431).

Le propos ne consistera pas à pénétrer au cœur de ces argumentaires contradictoires pour en examiner les élaborations interprétatives en regard des sources qu’elles sollicitent. Il sera fait allusion à ce que des historiens de l’Église éthiopienne en ont dit, mais l’attention sera surtout portée aux contextes géographiques et politiques dans lesquels ces querelles ont pris corps, mobilisant des communautés monastiques qui entraînent derrière elles de vastes ensembles territoriaux. De quelle façon de telles questions, poussées à un haut niveau d’abstraction, entraînaient-elles de telles mobilisations ? Un aspect de la question porte sur l’étendue de l’autorité du roi sur l’Église, sur la cloison très mince isolant la conduite des affaires du royaume de celles de l’Église. Cette question lancinante du césaropapisme permet d’éclairer certains aspects de cette polémique. On serait ainsi tenté de rapporter la théologie unioniste à une conception unifiée du gouvernement par la fusion des pouvoirs temporel et spirituel, tandis que la théologie onctioniste proposerait une option plus fédérative, qu’il s’agisse des relations de l’Église ou des gouvernements provinciaux. Cependant, cette schématisation est contredite par les inversions de faveurs accordées par les souverains à l’un ou l’autre des camps à l’occasion des conciles fréquemment convoqués, aussi bien pour mettre un terme à ces querelles que pour mettre en scène des joutes d’érudition, qui ont leur propre dynamique et dont l’aboutissement n’est pas strictement subordonné à des visions politiques qui en prédétermineraient l’issue.

Quelques références :

Böll, Verena, 2009, “Aṣe Iyasu I (1682-1706) and the synod of Yəbaba” in S. Ege et al. (ed.) Proceedings of the 16th International Conference of Ethiopian Studies, Trondheim.

Bartnicki, Andrzej and Mantel-Niecko, Joanna, 1970, “The Role and Significance of the Religious Conflict and People’s Movements in the Political Life of Ethiopia in the Seventeenth and Eighteenth Centuries.” Rassegna di Studi Etiopici, 24, pp. 5-39.

Getatchew Haile, 1986, “Materials on the Theology of Qebat or Unction.” In: Ethiopian Studies. Proceedings of the Sixth International Conference, Tel-Aviv, 14-17 April 1980. Rotterdam, pp. 205-251.

 

Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline (XVIIIe-XXe s.) – Érudition, sciences sociales, théories institutionnelles

Séminaire organisé par Frédéric Gabriel (chargé de recherches, CNRS), Dominique Iogna-Prat (directeur d’études, EHESS), Alain Rauwel (professeur agrégé, université de Bourgogne), dans le cadre de l’EHESS, du CNRS (Institut d’histoire de la pensée classique, et CéSor), de l’ENS de Lyon, et du Labex COMOD (Université de Lyon)

Année 2014-2015

Quatrième journée d’étude

Ecclésiologies orientales : paradigmes, identité, universalité en Russie (XIXe-XXe s.)

9 avril 2015

Paris, EHESS, bâtiment France

190-198 avenue de France (13e arrdt.), salle 15

Même si le cycle de recherches entamées dans ces journées d’étude concerne d’abord l’Europe, même si les nationalismes ont joué un rôle décisif dans la pensée ecclésiologique – par exemple dans le cas des autocéphalies – il n’en reste pas moins que celle-ci permet, par sa nature même, de ne pas se limiter aux frontières communes, et de relier des espaces divers. Dès lors, comment ne pas prendre en compte la dernière « nouvelle Rome » en date ? Moscou et la Russie constituent un pôle ecclésiologique que l’on aurait tort de négliger, ne serait-ce parce qu’il permet peut-être de dépasser un binôme trop simpliste entre Occident (Rome) et Orient (Constantinople).

9h30-12h30

Introduction, par Frédéric Gabriel

  1.  Les lieux de formation des discours sur l’Église au XIXe siècle, par Elena Astafieva (CNRS)
  2. L’ecclésiologie des Slavophiles russes : le modèle de la Sobornost, Michel Stavrou (Institut Saint-Serge)

14h-18h

  1. « Terza Roma adversus novam » : les théories de Sergej Troickij au sujet des privilèges canoniques du Patriarcat Œcuménique, par Konstantin Vetochnikov (Bibliothèque byzantine du Collège de France)
  2. Prémisses d’une ecclésiologie de communion dans la théologie russe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Hyacinthe Destivelle (Pontificio Consiglio per la Promozione dell’Unità dei Cristiani, Rome)
  3. L’ecclésiologie russe dans la perspective catholique au début du XXe siècle : le césaropapisme, par Laura Pettinaroli (Institut catholique de Paris)

Discutant : Pierre Gonneau (Université Paris-Sorbonne, EPHE)