Les séminaires du Programme de recherche interdisciplinaire « sciences sociales du religieux » 2014-2015

Le mercredi, 15h-19h 10, rue Monsieur le Prince Paris, 6e

Salle Alphonse Dupront

 

1. Dictionnaire dynamique des faits religieux (Régine Azria, Danièle Hervieu-Léger, Dominique Iogna-Prat)

Ce séminaire prolonge et déploie, pour la cinquième année, le travail réalisé par l’équipe du Dictionnaire des Faits Religieux (Paris, PUF, 2010) pour mettre à disposition des chercheurs et étudiants un état raisonné des outils de pensée et des auteurs, dans les différents domaines et disciplines des sciences sociales du religieux: la préparation de nouvelles entrées et notices, l’approfondissement et l’enrichissement de rubriques déjà présentes dans la version papier du Dictionnaire, la présentation des débats et controverses en cours dans le domaine des sciences sociales, les problèmes de la traduction sont la matière de cet atelier interdisciplinaire, ouvert aux chercheurs et doctorants avancés. D’abord disponibles en ligne, les productions du séminaire seront intégrées à la version papier du Dictionnaire, au fil des republications.

– 26 novembre, Séance introductive (état d’avancement des nouvelles notices, prépublication électronique, achèvement de la notice « déification »)

– 28 janvier, Littérature et religion (islam : C. Decobert, islam et sikhisme : D. Matringe) Texte de Denis Matringe – Littérature et religion

-25 mars, Traduire le Dictionnaire des faits religieux

– 3 juin, Hérésie (séance commune avec le Dictionnaire critique de l’Église ) (A. Le Boulluec, D. Iogna-Prat, J.- M. Roessli, J. Wischmeyer)

 2. Actualité des sciences sociales des religions (Dominique Iogna-Prat, Pierre Lassave)

Ce séminaire, organisé sous la forme d’une après-midi de travail par trimestre, est consacré à l’actualité la plus diverse des sciences sociales des religions : préparation ou sortie d’ouvrage, mise en place d’un projet collectif, réflexion de méthode posé par tel débat de société impliquant le religieux. Espace d’échanges au sein du Programme de recherche interdisciplinaire « religieux et sciences sociales », le collectif de cette actualité a vocation à dépasser les clivages de disciplines et des aires culturelles pour ouvrir aux phénomènes religieux comme question globale au sein des sciences sociales. Le programme, fixé au début de chaque trimestre, fera l’objet d’une annonce spécifique surhttp://ssr.hypotheses.org/

– 19 novembre, Adeline Herrou et la question du monachisme comparé (discutantes : V. Bouillier, A. Poujeau)

– 17 décembre, La religion dans Enquête sur les modes d’existence de Bruno Latour, 2012 (E. Aubin-Boltanski, A.-S. Lamine, P. Lassave)

– 8 avril, N. de Brémond d’Ars, Une sociologie de la liturgie (discutants : D. Hervieu-Léger, A. Rauwel)

3. Regards croisés sur l’ethnographie filmée et sonore de l’abbaye de la Trappe (Emma Aubin-Boltanski, D. Mottier)

Du 8 au 19 septembre 2013, douze chercheurs en sciences humaines ont été accueillis au sein de l’abbaye de la Trappe (Basse-Normandie) pour un atelier d’initiation à l’écriture filmique. Au terme de cette immersion de dix jours dans le quotidien d’une communauté monastique, qui comptait alors vingt-trois membres, quatre courts-métrages, dressant chacun le portrait d’un moine, ainsi qu’une exploration sonore du monastère ont été réalisés. Sans aucune restriction, et à titre exceptionnel, les moines ont accepté de se laisser filmer dans leur quotidien. Les regards que les chercheurs ont posés sur eux par la médiation de leurs caméras vont à l’encontre de bien des idées reçues et fournissent des témoignages rares sur la vie monastique contemporaine. L’objectif de l’atelier « Regards croisés » est d’inviter des chercheurs (historiens, sociologues, anthropologues et philosophes) à entrer en dialogue avec ce matériau filmique et sonore, à s’emparer d’une thématique (visibles et/ou audibles plus ou moins explicitement dans les films et dans l’exploration sonore) pour y investir leurs propres préoccupations.

– 12 novembre, « Ethnomusicologie, ethnographie filmée » : Victor Stoichita et Estelle Amy de la Bretèque (ethnomusicologues, CREM/LESC) ; Caroline Lardy (anthropologue, CHEC)

-14 janvier, « Moines et moniales orthodoxes en Syrie et en France » : Anna Poujeau (anthropologue, CEIFR) ; Louise de Courcel (doctorante en anthropologie, ÉHESS)

– 11 février, « Espace personnel, espace communautaire » : Anne Monjaret (anthropologue, IIAC) ; Marc Renneville (historien, Centre Koyré) à confirmer

– 11 mars, « Portraits de moines, écrits et filmés, d’hier et d’aujourd’hui: problèmes de méthode » : Mette Birkedal Bruun (historienne, université de Copenhague) ; Dominique Iogna-Prat (historien, CEIFR)

– 13 mai, « Portraits filmés de moines de Chine et du Tibet » : Katia Buffetrille (anthropologue, ÉPHE) ; Adeline Herrou (anthropologue, LESC)

– 24 juin, « Images et artefacts » : Anne Doustaly (historienne, GAHOM) ; Gil Bartholeyns (historien, IRHIS) à confirmer

4. Théologie et sciences sociales (Pierre-Antoine Fabre, Jean-Pascal Gay, Dominique Iogna-Prat)

Ce séminaire, organisé dans le cadre du Programme de recherche interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales », en alternance avec tout un ensemble d’autres collectifs sous l’intitulé « Sciences sociales du religieux », propose de réunir autour d’un objet largement fuyant, la théologie, les chercheurs en sciences sociales, toutes disciplines et aires culturelles confondues, aux prises avec la polysémie des discours sur le divin et leur problématique inclusion à l’âge de la définition des périmètres académiques et des stratégies discursives afférentes (XIXe-XXIe siècles). Pour le monde occidental, la démarche est génétique : comment passe-t-on de la philosophie antique à la théologie médiévale, et comment cette dernière, dans sa définition scolastique, parvient-elle à innerver à long terme, via la philosophie classique, les conceptions de l’homme et de la société en régime hétéronome puis autonome ? Avant le christianisme et au-delà de l’Occident, quel sens peut-il y avoir à parler de « théologie » ? Une attention toute particulière sera accordée cette année à la question du rite.

-15 avril, Eloi Ficquet, Les controverses christologiques éthiopiennes aux XVIIIe et XIXe siècles: questionnements et tâtonnements de théologie politique

– 6 mai, Histoire et sociologie du catholicisme face à l’objet théologique. Questions de méthode (sous la responsabilité de J.-P. Gay)

– 10 juin, Les sciences sociales au risque du rite : – Rites et théologie (J.-P. Albert, C. Calame, C. Grellard, A. Rauwel) – Nouvelles ritualités : la récitation des noms (R. Azria)

5. Archives du Groupe de sociologie des religions (Pierre Lassave)

Le Groupe de sociologie des religions (GSR) a été fondé en 1954 dans le cadre du Centre d’études sociologiques (CES) du CNRS. L’initiative en revient à Gabriel Le Bras (1891-1970) assisté d’Henri Desroche (1914-1994). Une équipe dont la vocation était d’appréhender et d’expliquer tout phénomène dit religieux comme un fait social et d’intégrer de la sorte l’objet religion dans le champ de la sociologie alors en pleine refondation nationale. Le GSR se caractérise par un noyau central de chercheurs qui ont refondé les bases de la spécialité thématique. On sait que la religion fut un objet principal pour la discipline au tournant du siècle dernier. Durkheim a ainsi fait découler la socialité et la pensée classificatrice des cultes totémiques. Weber a reconnu la théodicée biblique comme agent historique de la rationalité moderne. Simmel a vu dans les associations religieuses une forme typique de cristallisation des interactions sociales. Paradoxalement, la centralité intellectuelle de l’objet religieux n’a d’égale, surtout en France, que sa marginalité institutionnelle.

Longtemps apanage des institutions ecclésiales, la religion ne devient en effet objet de connaissance historique à part entière qu’au moment de la formation des sciences sociales. La création en 1886 de la section des « sciences religieuses » (Ve section) de l’École pratique des hautes études (ÉPHE) marque pour la France un mouvement européen de chaires et de recherches d’esprit laïc en la matière. Pour autant, la sociologie des religions n’a pas fait souche dans l’Université, notamment après la refondation de la discipline avec l’instauration de la licence de sociologie en 1958. Ce n’est qu’à l’EPHE (Ve et VIe sections) et au CNRS que quelques chaires d’enseignement et postes de recherche ont permis à cette spécialité thématique de se développer et d’être reconnue comme scientifiquement légitime.

Le GSR fut le noyau premier de cette conquête, notamment son équipe initiale qui a réuni autour de Le Bras et Desroche, Émile Poulat (1920-), François-André Isambert (1924-) et Jacques Maître (1925-2013) auxquels on rajoutera Jean Séguy (1925-2007) entré peu après (en 1960) dans le groupe. Le noyau se fit rapidement connaître par le dynamisme bibliographique de sa revue, les Archives de sociologie des religions, créées en 1956, par ses enquêtes sur les tensions entre confessions chrétiennes et monde moderne, par son défrichement des théories et méthodes d’appréhension sociologique des phénomènes religieux. Revendiquant dès les origines l’interdisciplinarité, le GSR n’a cessé de croître en diversité pour nouer au fil du temps des alliances originales avec l’ethnologie, la science politique et les divers savoirs issus de l’érudition spécialisée (islamologie, indologie, bouddhologie).

D’où d’ailleurs le changement du titre de la revue (Archives de sciences sociales des religions – ASSR – à partir de 1973). C’est cette histoire, nourrie des archives mêmes des membres du GSR actuellement en phase d’archivage, que ce séminaire entend défricher afin d’encourager la réflexion collective sur les conditions institutionnelles de définition du « champ » religieux au sein des sciences sociales.

– 10 décembre, Journée d’étude aux Archives nationales (Pierrefitte) : « L’archive et la recherche en sociologie des religions »

– 20 mai, Journée « Condorcet » : Biographies croisées

6. Catholicisme et sciences sociales (Danièle Hervieu-Léger)

– 15 octobre, 5 novembre, 3 décembre, Catholicisme : état des lieux de la recherche

Après avoir été au centre des intérêts de la sociologie des religions et de l’histoire religieuse de l’après-guerre et jusqu’à la fin des années 60, l’étude du catholicisme a connu des années d’éclipse relative. Elle renaît aujourd’hui, à partir de thématiques et de questionnements profondément renouvelés. Co-animé avec Denis Pelletier (directeur d’études à l’ÉPHE), ce séminaire se donnera pour objectif d’établir un bilan des travaux en cours qui prennent le catholicisme contemporain pour objet, au croisement des différentes disciplines : sociologie, histoire, anthropologie. Les terrains français et européens seront privilégiés, sans exclusive.

– 7 et 21 janvier, 4 février, 4 et 18 mars, 1er avril : Sociologie du monachisme contemporain

À travers les rétablissements, refondations, réformes et créations de la vie monastique de terrain chrétien occidental se donnent à voir, comme en laboratoire, les enjeux majeurs de la confrontation (religieuse, politique et culturelle) du christianisme à la modernité, entre XIXe et XXIe siècle : cette hypothèse servira de fil directeur à la problématisation sociologique des différentes configurations utopiques dans lesquelles se sont inscrites, depuis deux siècles, une série de tentatives pour inventer, au sein des monastères, une pratique du temps alternative au temps du monde. Le séminaire s’ouvrira, en suivant ce fil de la protestation utopique, à la comparaison avec des monachismes contemporains hors christianisme.

7. Dictionnaire critique de l’Église (Frédéric Gabriel, Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel)

Au pays de la « séparation », une division outrancière des tâches entre l’État et l’Église a malheureusement relégué l’étude de cette dernière au rayon d’une histoire religieuse le plus souvent coupée des visées et des méthodes en sciences sociales. Cela alors que l’objet « Église » est au centre de toute réflexion sociologique depuis les pères fondateurs (spécialement Durkheim et Weber).

Ce séminaire, qui s’inscrit dans un cycle de plusieurs années, vient prolonger un programme dont les premiers résultats sont publiés en ligne (http://cem.revues.org/12743  ) : Les nouveaux horizons de l’ecclésiologie : du discours clérical à la science du social. L’entreprise vise à proposer un « tournant critique » sur la base d’un instrument ad hoc à entrées multiples du type « dictionnaire ». Il ne s’agit pas d’abord d’élaborer un livre « de contenu », comme une histoire de l’Église découpée en articles. Le projet ne se veut pas descriptif mais bien critique, avec notamment deux objectifs : mettre en évidence et discuter les problématiques qui structurent l’institution ecclésiale et ses ramifications, et corrélativement proposer une cartographie des champs relatifs à ce domaine. Classiquement, quand il s’agit de définir l’Église, la tradition reconnaît d’emblée l’ambiguïté du terme, ses sens multiples : c’est cette ambiguïté et sa polyphonie qu’il est proposé d’explorer de manière dialectique. Il ne s’agit pas de décrire les manifestations de l’Église mais de se concentrer sur sa pensée, sa théorisation au sein d’une histoire intellectuelle et doctrinale, qui relève autant des sciences des religions que des sciences sociales.

– 27 mai : Jean-Michel Roessli

– 3 juin, Hérésie (séance commune avec le Dictionnaire dynamique des faits religieux)

Jeudi 5 juin – Séminaire Ecclésiologie et théories anciennes de la société

 

 

Jeudi 5 juin, 9h30 à 18h30

EHESS, bâtiment France, salle du conseil A

190-198 avenue de France, Paris 13e

Sixième et dernière séance :

Séminaire Ecclésiologie et théories anciennes de la société

 

La Bible et les Pères, sources du renouveau ecclésiologique entre romantisme et modernisme

 

Bellarmin aura régné quasiment sans partage sur la pensée de l’Église-société pendant deux siècles. Le premier tiers du XIXsiècle est le moment où les choses commencent à bouger, loin des pôles universitaires et magistériels traditionnels : en Allemagne et en Angleterre, avec les savants de Tübingen et le Mouvement d’Oxford. Et c’est un regard neuf porté sur les textes des Pères qui conduit Möhler ou Newman à raisonner en d’autres termes, potentiellement révolutionnaires à la mesure même de leur ancrage traditionnel. Plus encore que les anciens traités, le donné biblique se révèle explosif lorsqu’il est analysé avec les outils de la « science nouvelle » : paradoxalement, c’est le retour à ce qu’il a de plus ancien qui signe l’affrontement du catholicisme et de la modernité. Un échec, sans doute – mais peut-être, à terme, un échec fécond ? La réflexion de cette dernière journée fera charnière avec les développements ultérieurs du séminaire.

1. Möhler et l’École de Tübingen, Michel Deneken (Université de Strasbourg)

2. Sur Newman, par Alain Rauwel

3. L’Église antique, ses relectures et ses implications contemporaines chez Loisy, par Jean-Michel Roessli (Université Concordia, Montréal, directeur d’études invité à l’EHESS)

4. Deux regards sur une crise fondatrice : le modernisme, par Christoph Theobald (Facultés jésuites, Paris), et François Trémolières (Université de Paris-Ouest, Nanterre-La Défense, CELLF).

 

 

Séance du mercredi 11 Juin 2014 – Théologie et sciences sociales – La théologie en tensions

SÉANCE DU MERCREDI 11 JUIN 2014 –  Théologie et sciences sociales

15h-18h, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

La théologie en tensions

Enregistrement audio de la séance ( 3h ) :

Périmètre d’appartenance ou science aux limites incertaines, la théologie ne pourrait-elle se définir qu’en tensions ? L’exploration collective, dont cette séance achève l’an deux, a montré quels chemins tortueux sont obligés d’emprunter les chercheurs en sciences sociales soucieux d’intégrer cette « reine » des sciences de l’architectonique scolastique dans la genèse de leurs traditions intellectuelles. Après avoir exploré diverses articulations de champs : théologie et rite, théologie et images, théologie et droit – la conjonction « et » ayant pour objet d’explorer un certain nombre de points de fuite d’une science de l’incomplétude même –, il est cette fois proposé d’aborder ces « tensions » dans deux perspectives complémentaires : au cœur de la grande fabrique occidentale des sciences sociales et depuis un « ailleurs » de l’Occident (le monde indien) dans sa confrontation à une catégorie exogène.

– Jean-Michel Roessli (Université Concordia, Montréal, directeur d’études invité du PRI ÉHESS « religieux et sciences sociales »), La théologie au défi des sciences sociales naissantes (la conjoncture moderniste : 1880-1920)

 Catherine Clémentin-Ojha (ÉHESS, Centre Inde), Le grand écart du théologien : autour de l’œuvre de Francis Clooney, théologien et indianiste

 

 

Mercredi 4 Juin 2014 – Séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux – Méditation

Attention nouvel horaire 15h-18h

 

MERCREDI 4 JUIN 2014, 10 rue Monsieur le Prince 75006 Paris – Salle Alphonse Dupront

Méditation

Enregistrement audio de la séance ( 3h ) :

Avec l’entrée « méditation », qui sera abordée par Arundhati Virmani (ÉHESS, Marseille), pour l’Inde, et Jean-Michel Rössli (Université Concordia, Montréal ; directeur invité du PRI sciences sociales du religieux) pour le monde chrétien, c’est une catégorie commune à de multiples religions qui est offerte à la réflexion collective. Terme au cœur du vocabulaire de l’intériorité en Occident, dans la sphère de la contemplation et de la mystique tout autant que dans celles des sciences philosophiques (les Méditations métaphysiques de Descartes) ou de la poésie (lesMéditations poétiques de Lamartine), la méditation est au cœur des pratiques de l’éveil dans les sagesses et religions orientales. En contexte de cross over du religieux moderne et post-moderne, la méditation est devenue une technique obligée de tout développement personnel. Il n’est pas jusqu’aux Meditations de John Coltrane pour nous rappeler les voies musicales propres aux envolées vers l’« amour suprême » (A Love Supreme).

 

Séminaire du PRI Sciences sociales du religieux – 21 mai 2014 – Paolo Napoli, Emanuele Conte, « Théologie et droit »

15h-17h, salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

 SEANCE DU 21 MAI 2014

Paolo Napoli, Emanuele Conte : « Théologie et droit »

Enregistrement audio du séminaire :

La dernière séance du séminaire, proposée par Claude Calame, a permis de souligner le paradoxe d’un terme grec, theologia, qui dans son acception actuelle s’est considérablement éloigné du sens que lui donnaient les anciens, durablement marqués par le discours instituant des poètes et les performances rituelles dans la Cité grecque. Fruit d’une longue évolution sémantique en contexte chrétien, le champ de la théologie n’émerge que tardivement dans la dynamique de la première scolastique, au cours du XIIe siècle. Dans l’organisation architectonique des sciences de tradition aristotélicienne, elle dispute la place de « science principale » (ou « architectonique ») au droit, dont les expressions (canonique et civile) accompagnent, avec l’émergence de la « politique », les constructions institutionnelles de l’Église et des différentes formes d’État laïque. D’où l’idée de traiter, à la source médiévale, les rapports en tension de la théologie et du droit, dont l’examen est essentiel dans la perspective d’une enquête collective sur la place qu’occupe la théologie dans la genèse des sciences de la société. La séance animée par Emanuele Conte et Paolo Napoli, partira d’une étude de cas, sur la base de l’ouvrage (à paraître tout prochainement) de l’historienne du droit Beatrice Pasciuta, Il diavolo in paradiso, dont un article proposé à la lecture préalable résume bien le propos (voir pièce jointe). B. Pasciuta analyse un ouvrage du pseudo Bartole du début du XIVe siècle dont l’objet est d’établir le sort de l’humanité. L’acteur-procurateur est le diable, l’accusé, le genre humain défendu par la Vierge, tandis que le juge est le Christ. Des échanges au cœur du procès émergent, bien sûr, mille et une questions « théologiques » qui en disent long, par le biais concret de la casuistique, sur les rapports entre droit et théologie, deux disciplines traditionnellement jalouses de leur identité. L’argument sera présenté et développé par E. Conte et P. Napoli en présence de B. Pasciuta, laquelle prendra part à la discussion collective.

IL DIAVOLO NEL MEDIOEVO, Atti del XLIX Convegno storico internazionale, Todi, 14-17 ottobre 2012 Pasciuta – Diavolo

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du 30 Avril 2014

Claude Calame : La théologie avant la « théologie »

« Théologiens » sans théologie ? mythes, rituels et poètes en régime polythéiste grec (une perspective d’anthropologie historique)

Grec, le terme theologia nous place devant le même défi sémantique que le terme mûthos: de même que pour le « mythe », par « théologie » on désigne d’un terme grec un concept qui est étranger à la culture hellène. En guise de prélude, il s’agira de revenir sur les rares emplois de theologia et theologos chez Platon, puis chez Aristote.
Cet exercice préalable de sémantique en contexte conduit à des figures de poètes et à des formes poétiques qui ont une fonction que nous désignerions comme religieuse. Ce sont des formes de poésie qui mettent en scène les actions d’un passé héroïque, dans la proximité avec les dieux qui nous apparaît comme relevant d’un mythologie. Ces récits s’avèrent souvent mis en relation avec l’institution de pratiques cultuelles que nous appréhendons en tant que rituels. Quant aux formes poétiques qui réalisent et dramatisent des récits « mythiques » d’une extraordinaire plasticité, elles sont elles-mêmes des actes de culte: offrandes musicales dans la performance rituelle à l’une ou l’autre des figures divines d’un panthéon dont la configuration change d’une cité à l’autre. La mythologie grecque adossée à la pratique poétique ritualisée, entre croyances et pratiques cultuelles, constituerait-elle dès lors une théologie?
En conclusion et en retour critique, on s’interrogera brièvement, à propos du concept de « religion », sur la difficulté des convergences souhaitables entre approches théologiques,  centrées sur le monothéisme chrétien, et approches anthropologiques, fondées sur la comparaison entre des cultures différentes : théologie et sciences sociales !
Enregistrement audio du séminaire :

 

Texte de référence : Mythe.Pragmatique.Europe1005-6.2013

Jean-Michel Roessli, directeur d’études invité au CEIFR (mai-juin 2014)

Jean-Michel Rössli

 

Professeur associé au département de théologie de l’Université Concordia à Montréal (Canada), Jean-Michel Roessli est un historien des religions de réputation internationale. D’abord spécialisé dans les transferts religieux tardo-antiques du paganisme au christianisme, à la suite de sa thèse qui portait sur les oracles sibyllins et leurs prolongements chrétiens, il a élargi son champ d’investigation au vaste problème des prophéties en histoire des religions. C’est sa remarquable connaissance des mondes religieux tardo-antiques et de la construction du champ des sciences sociales des religions au cours du XIXe siècle qui motive sa candidature d’un mois sur trois ans à l’ÉHESS, dans le cadre d’un programme collaboratif sur « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) », lancé par Dominique Iogna-Prat et intégré au Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales ».

Programme des séminaires : « En quête des origines. Historiographie de l’Église ancienne à l’époque de la crise moderniste »

Sous l’impulsion de l’histoire ou science comparée des religions, qui naît en Allemagne dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et des nouvelles orientations prises par l’histoire du christianisme telle qu’elle se développe en Europe à la même époque, les représentations et compréhensions traditionnelles que l’on se faisait jusque-là de l’Église ancienne – on devrait plutôt parler des Églises anciennes – a changé en profondeur. À la faveur des progrès de l’exégèse biblique et des nouvelles méthodes de lecture des textes anciens, les modèles ecclésiologiques sur lesquels s’était fondée l’histoire de l’Église, longtemps tributaire des perspectives confessionnelles de ses représentants, se sont vus remis en cause et ébranlés par le travail de déconstruction critique opéré par les nouvelles générations d’exégètes et d’historiens, dont les approches se faisaient elles-mêmes l’écho de changements de paradigmes et de principes herméneutiques dans l’étude du religieux, changements jugés plus conformes aux critères de « scientificité » et de rationalité de l’époque, mais pas toujours nécessairement dépourvus de parti-pris confessionnel. Ce sont les tenants et aboutissants de ces changements dans le traitement de l’ecclésiologie ancienne chez les historiens et biblistes européens des années 1850 à 1930 environ qu’il propose d’interroger et d’explorer.

Suivant une perspective résolument historique, non seulement détachée de tout a priori confessionnel mais désireuse aussi d’en comprendre la portée et les implications, l’objectif de cette recherche est de définir le rôle et la signification, tant sociale que théologique, de l’Église ancienne pour les historiens du christianisme de la deuxième moitié du XIXe et du début du XXe siècle. S’inspirant notamment des travaux d’Émile Poulat, directeur d’études honoraire à l’ÉHESS et véritable pionnier des recherches sur Alfred Loisy et la crise moderniste, et ceux de François Laplanche, ancien directeur de recherches au CNRS et éminent spécialiste de l’histoire de l’exégèse biblique à l’époque moderne, J.-M. Roessli élargira le tableau dressé par ces deux savants en intégrant ce qui se passe en France au tournant du XXe siècle dans le cadre plus large de la science européenne de l’époque, Émile Poulat et François Laplanche étant restés généralement cantonnés à l’Hexagone.

Le premier séminaire sera donc consacré à dégager les grands axes de la conception de l’ecclésiologie ancienne chez les historiens et biblistes européens des années 1850 à 1930 environ. De manière à être aussi exhaustif que possible, il (re)donnera la parole à des figures connues et moins connues de l’histoire et de la théologie européennes de l’époque.

Dans un deuxième temps, il se tournera vers l’une des œuvres les plus influentes et significatives de la période, L’essence du christianisme (Das Wesen des Christentums, 1900) d’Adolf von Harnack et l’immense impact qu’elle a exercé dans les débats sur la nature de l’Église ancienne dans les milieux protestants et catholiques de l’époque, qui est celle où s’élaborent les deux principaux monuments de la sociologie des religions : les Soziallehren d’Ernst Troeltsch et les Formes élémentaires de la vie religieuse d’Émile Durkheim (1912).

Comme contrepoint à ce deuxième volet, il abordera, au cours du troisième séminaire, la vision de l’Église ancienne dans l’œuvre et la pensée d’Alfred Loisy, en particulier dans sa réfutation de la thèse de Harnack, intitulée L’Évangile et l’Église (1902), ainsi que dans les mises au point que constituent Autour d’un petit livre (1903) et La naissance du christianisme, cette dernière œuvre écrite à l’automne de sa vie (1932).

Dans une quatrième étape, il se penchera sur la façon dont les historiens du christianisme et les théologiens du tournant du XXe siècle entrevoient les rapports entre mystères et Église, qu’il s’agisse de la question, largement disputée à l’époque, de l’influence, supposée ou réelle, des cultes à mystères sur la formation du premier christianisme, ou de la place du mystère dans l’ecclésiologie ancienne, voire de l’Église conçue elle-même comme mystère, c’est-à-dire comme manifestation de Dieu dans l’Histoire. Pour répondre à cette question, il procèdera à une analyse comparative des œuvres de Richard Reitzenstein, Wilhelm Bousset, Claus Clemen, Alfred Loisy, Marie-Joseph Lagrange, Hugo Rahner et Louis Bouyer, pour ne citer que quelques noms parmi les plus représentatifs sur ce sujet.

Pour mener à bien cette enquête, J.-M. Roessli s’appuiera non seulement, comme il se doit, sur les écrits de ces savants, mais aussi sur les débats et controverses qu’ils ont suscités auprès de leurs contemporains et auxquels il s’efforcera de redonner vie en recourant, autant que faire se peut, à leur correspondance – parce qu’ils s’y expriment souvent de façon plus libre et plus personnelle – et aux comptes rendus et études critiques qu’ils ont fait paraître dans les nombreuses revues savantes de l’époque (Revue d’histoire et de littérature religieuses, Revue critique, Revue de l’histoire des religions, etc.), lesquelles étaient, on l’oublie parfois, des lieux de débats intellectuels privilégiés, que l’on aurait bien tort de négliger dans une recherche de ce type.

Prévue pour se poursuivre au cours des deux académiques suivantes (2014-2015, 2015-2016), la collaboration de J.-M. Roessli doit alimenter à la fois les publications prévues dans le programme collaboratif « L’Église : du discours clérical à la science du social (IVe-XXIe siècle) » (spécialement le dictionnaire en préparation : L’Église. Un dictionnaire critique) et les travaux en cours du Dictionnaire dynamique des faits religieux (suite en ligne du Dictionnaire des faits religieux). Son intégration dans le volet « théologie et sciences sociales » du Programme de Recherche Interdisciplinaire « Religieux et sciences sociales » lui permettra en outre de participer aux activités (séminaires et journées d’étude) de l’année 2013-2014.

3 séances :

Méditation : genèse et développements du concept dans les sciences sociales des religions
Dans le cadre du séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux.
Mercredi 4 juin de 15h à 17h à l’EHESS, salle Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris.

L’Église antique, ses relectures et se implications contemporaines chez Loisy

Dans le cadre du séminaire Ecclésiologie et théories anciennes de la société.
Jeudi 5 juin de 9h30 à 18h30 journée sur La Bible et les Pères, sources de renouveau ecclésiologique entre romantisme et modernisme à l’EHESS, salle du conseil A, 190 av. de France 75013 Paris.

La théologie au défi des sciences sociales naissantes : la conjoncture moderniste (1880-1920)

Dans le cadre du séminaire Théologie et sciences sociales.
Mercredi 11 juin de 15h à 17h à l’EHESS, salle Dupront, 10 rue Monsieur-le Prince 75005 Paris.

 

Principales publications

Ouvrages collectifs

1)  Jean de Menasce (1902-1973), textes réunis par Michel Dousse et Jean-Michel Roessli, Fribourg, 1998.

2)  John Block Friedman, Orphée au Moyen Âge, édité et traduit de l’anglais (États-unis) par Jean-Michel Roessli avec le concours de Valérie Cordonier et François-Xavier Putallaz. Avec une postface : « De l’Orphée juif à l’Orfée écossais. Bilan et perspec-tives » (Collection Vestigia n° 25), Fribourg-Paris, 1999.

3)  Augustinus afer. Saint Augustin : Africanité et universalité. Actes du colloque international Alger-Annaba, 1-7 avril 2001, textes réunis par Pierre-Yves Fux, Jean-Michel Roessli et Otto Wermelinger (Paradosis 45/1-2), Fribourg, 2003.

4)   Saint Maurice et la Légion Thébaine / Mauritius und die Thebäische Legion. Actes du colloque international de Fribourg – St-Maurice – Martigny, 17-20 septembre 2003, textes réunis par Otto Wermelinger, Philippe Bruggisser, Beat Näf et Jean-Michel Roessli (Paradosis 49), Fribourg, 2005.

5)     Écrits apocryphes chrétiens, édition publiée sous la direction de Pierre Geoltrain et Jean-Daniel Kaestli, index établis par Jean-Michel Roessli et Sever Voicu (Bibliothèque de la Pléiade), t. 2, Paris, 2005 (second tirage 2006), « troisième tirage 2013 ».

6)    Christian Apocrypha. Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, April 2014.

Ouvrages personnels

7)     Les Oracles sibyllins. Origines païennes et appropriations chrétiennes. Livres I, 324-400; VI, VII, VIII, 217-500 (Corpus christianorum. Series apocryphorum), Turnhout.

8)    Oracles et prophéties dans le judaïsme et le christianisme ancien (Christianismes antiques), Genève : Labor et Fides (sous presse).

Ses contributions les plus récentes sont : Christian Apocrypha: Receptions of the New Testament in Ancient Christian Apocrypha (Novum Testamentum Patristicum 26), Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht, 2014 (avec Tobias Nicklas); « Les mystères païens et le mystère chrétien d’Alfred Loisy (1857-1940) et sa place dans les débats sur les origines du christianisme au début du XXe siècle », dans F. Amsler (dir.), Alfred Loisy dans l’histoire de l’exégèse biblique et des sciences des religions. Actes du colloque de Lausanne, 16-17 juin 2011, Mythos. Rivista di Storia delle Religioni 7 (2013, publ. 2014) 73-95 ; « De consensu evangelistarum », dans K. Pollmann et alii (dir.), The Oxford Guide to the Historical Reception of Augustine, Oxford 2013, 261-266 ; « Sébastien Castellion et les Oracles sibyllins », dans M.-Ch. Gomez-Geraud (dir.), Sébastien Castellion : des Écritures à l’écriture. Actes du colloque international, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 15-16 avril 2010, Paris 2013, 223-238 ; « Les Oracles sibyllins », dans B. Pouderon et E. Norelli (dir.), Histoire de la littérature grecque chrétienne. Tome 2 : De Paul apôtre à Irénée de Lyon, Paris : Cerf, 2012, 591-618 ; « Le récit de la Passion dans les Oracles sibyllins », dans A. Gagné et J.-F. Racine (dir.), En marge du canon: études sur les écrits apocryphes juifs et chrétien (L’écriture de la Bible 2), Paris : Cerf, 2012, p. 159-200 ; « Mirabilia, miraculum », dans Augustinus-Lexikon, Fascicule 3,7/8, Bâle 2012, cols. 25-29 ; Antonio Orbe, Introduction à la théologie des IIe et IIIe siècles, traduction de l’espagnol de José Maria López de Castro, revue et complétée par Agnès Bastit et Jean-Michel Roessli avec la collaboration de Bernard Jacob et Pierre Molinié. Liminaire de Mgr Luis F. Ladaria, s.j. Avant-propos de Jean-Michel Roessli, 2 vols (Patrimoines. Christianisme), Paris : Cerf, 2012.

Séances des 5 mars et 2 avril 2014 – Séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux

Séances des 5 mars et 2 avril 2014 : Littérature et religion

– Littérature et religion : distinction et articulation des « champs »

  • Pierre Judet de Lacombe, Religion et épopée, ou la recomposition épique du divin en Grèce ancienne

Télécharger : Dictionnaire dynamique. P. Judet, textes

  • François Trémolières, Bible et littérature en France au XVIIe siècle

Télécharger :  Sacré – Universalis, F. Trémolières

discutants : Frédéric Gugelot et Pierre Lassave

Enregistrement audio des 2 séances :

(cliquez sur la séance de votre choix)

– Littérature et religion en contextes :

  • christianisme, par Frédéric Gugelot 
  • judaïsme, par Philippe Zard

discutants : François Trémolières et Régine Azria

 

Dans la première des deux séances, on cherchera à maîtriser la question épineuse des « champs », de leur articulation (la littérature et la religion, par exemple l’épopée et la religion en Grèce ancienne), comme de leur distinction en régime moderne avec la constitution d’un champ littéraire autonome (même si cette « autonomie » mérite d’être discutée). Pour lancer la discussion, François Trémolières fait circuler sa contribution au Grand Atlas Universalis des littératures (Paris, 1990, p. 707-712). 

La seconde séance voudrait mettre à la discussion la question des rapports littérature/religion en contextes, dans des aires et des histoires culturelles considérées pour elles-mêmes : quel(s) sens peut-il y avoir à qualifier la littérature de « juive » ou de « chrétienne », ces deux « contextes » n’étant, espérons-le, que le point de départ d’une exploration appelée à s’étendre à d’autres religions et à d’autres aires culturelles ?

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Séance du mercredi 19 février 2014

 

15h-17h

Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris

responsables : Jean-Pierre Albert, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat

Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain) et Agnès Guiderdoni (Fonds National de la Recherche Scientifique – Université catholique de Louvain)

Discutants : Giovanni Careri (ÉHESS) et Pierre-Antoine Fabre (ÉHESS)

Il est communément admis que le début de la modernité est marqué par une prise de distance à l’égard de la théologie, souveraine jusque-là. Cependant, il est plus juste de parler de reconfiguration que le savoir théologique, hérité de la scolastique, subit au contact d’une part de savoirs nouveaux et d’autre part de nouvelles lectures du texte des Écritures. La particularité et l’intérêt de ces reconfigurations résident dans le fait qu’elles permettent l’émergence de nouvelles formes de représentation du divin par le biais d’une réflexion fondamentale sur le statut de l’image et de la figure dans le champ plus spécifique de cette nouvelle « science expérimentale » que devient alors la mystique. Or il apparaît que c’est précisément le statut (entre littéral et figuré) de l’image qui constitue la pierre d’achoppement et la pierre de touche entre différentes modalités du discours sur Dieu et du discours de Dieu, ce que nous examinerons à travers les œuvres de quelques théologiens jésuites du XVIIe siècle.

Enregistrement audio de la séance :