Histoire de la théologie dans la Compagnie de Jésus

Histoire de la théologie dans la campagnie de Jésus

Responsable : Jean-Pascal Gay

 Propositions générales :

La Compagnie de Jésus, laboratoire pour une histoire culturelle de la théologie

 

L’histoire de l’activité théologique de l’époque moderne, si elle a connu des renouvellements importants demeure un champ marginal tant dans le champ historique dans son ensemble qu’au sein de celui de l’histoire religieuse. L’écart est patent entre les travaux portant sur l’histoire de la théologie et la place que cette dernière a occupé bien au-delà de l’époque médiévale dans l’activité culturelle et intellectuelle des sociétés européennes comme dans leur vie économique et sociale.

L’histoire religieuse française, en particulier, conserve une certaine réticence à l’égard de l’objet théologique. Ce dernier est investi, soit dans le cadre traditionnel d’une « histoire des idées », soit par les marges de l’objet lui-même, en particulier dans le cadre d’une analyse de ce qu’on pourrait appeler l’envers moderne de la théologie que constituent le discours spirituel ou les débats sur les fondements religieux du politique.

Les méthodes et les problématiques de l’histoire culturelle restent peu mobilisées par les historiens de la théologie alors qu’elles sont précisément l’outil d’un passage nécessaire d’une histoire de la théologie à une histoire de l’activité théologique c’est-à-dire à une histoire culturelle de la théologie. D’autre part, il apparaît aussi possible, dans ce but, non seulement de traiter la théologie comme un savoir, mais aussi, en refusant pratiquement, car elle est porteuse d’un anachronisme majeur, la dichotomie entre théologie et science, d’utiliser les méthodes et les problématiques qui ont émergé en histoire des sciences pour les appliquer à l’histoire de la théologie.

Compte tenu de la conjoncture historiographique, une étude centrée sur l’activité théologique dans la Compagnie de Jésus paraît une porte d’entrée intéressante et opportune pour proposer une histoire culturelle de la théologie à l’époque moderne. En effet, d’une part la Compagnie de Jésus apparaît à la fois comme singulière et caractéristique des évolutions propres à la théologie moderne. Du point de vue de l’histoire des idées théologiques, tout d’abord, il existe une théologie qu’on peut qualifier de proprement jésuite – et qui, pour partie, est revendiquée comme telle. Et cette théologie jésuite est au cœur des évolutions majeures de la théologie à l’époque moderne, qu’elles concernent la morale ou le rapport entre ordre naturel et ordre surnaturel au cœur de la définition du politique. D’autre part, les recherches menées à Paris autour du Groupe de Recherche sur les Missions ibériques modernes ou du séminaire sur l’histoire de l’ancienne Compagnie animé par Pierre-Antoine Fabre et Antonella Romano, ont permis, après le temps de l’histoire polémique, de réintégrer l’objet jésuite dans l’histoire moderne en regardant la Compagnie de Jésus comme un « laboratoire d’études » de la modernité et en prenant pour question centrale « moins celle de la compréhension de l’histoire de la Compagnie, que celle de la compréhension de notre modernité via la Compagnie »1. L’histoire jésuite s’est désenclavée et elle est sortie des cadres stricts d’une histoire religieuse classique centrée sur les institutions, les groupes et les pratiques. En nourrissant l’histoire sociale, l’histoire culturelle, l’histoire des sciences ou l’histoire de l’expansion européenne, l’étude de l’ancienne Compagnie a été renvoyée à ses contextes, amenant souvent à relativiser sinon l’originalité et la spécificité du projet jésuite, du moins sa capacité à inscrire efficacement cette originalité dans la réalité sociale.

Le fait est, cependant, que cette stratégie du désenclavement n’a pour le moment guère été appliquée à ce qu’on pourrait appeler le cœur du fonctionnement et de la définition culturelle du corps jésuite. En revenant à un objet à la fois central et dont les enjeux identitaires sont majeurs pour les jésuites de la période moderne, il paraît possible de radicaliser cette stratégie en l’appliquant au centre intellectuel, et pour partie institutionnel, de la Compagnie de Jésus que constitue l’activité théologique. L’autre horizon de cette stratégie de désenclavement historiographique est de parvenir en retour à un désenclavement de l’histoire de la théologie elle-même.

Le choix de l’activité théologique permet enfin de situer ce travail dans un contexte historiographique qui a déjà acculturé à d’autres objets qu’à la théologie des problématiques qu’il semble essentiel de lui appliquer. Les travaux d’A. Romano, en particulier, ont mobilisé l’exemple jésuite dans le cadre d’une histoire historienne des sciences reposant sur l’étude des sociabilités scientifiques jésuites et des réseaux européens de la production scientifique2. Ceux de S. Van Damme sur les pratiques de l’écrit et la place des jésuites dans la constitution d’un espace intellectuel lyonnais ont souligné l’importance du lien entre « éclosion de nouvelles formes de sociabilité savantes […] » et de « nouvelles pratiques de communication écrite au cours du XVIIe siècle ».

En se concentrant sur un long XVIIe siècle (du généralat de Everard Mercurian (1565-1572) à celui de Tirso Gonzalez de Santalla (1687-1705) ), c’est-à-dire en se concentrant la période de pleine implication de la Compagnie dans la culture théologique du catholicisme confessionnalisé, on propose d’explorer prioritairement plusieurs questions :

–      quelle place joue la théologie dans les carrières à l’intérieur du groupe jésuite?

–      Comment fonctionnent les sociabilités théologiques dans l’ordre et autour de l’ordre? Quel rôle y joue Rome, non seulement et non pas tant comme lieu de définition de l’orthodoxie, mais comme centre de sociabilité théologique?

–      Peut-on discerner des circulations spécifiques s’agissant de la théologie et notamment pour ce qui concerne les théologiens eux-mêmes ?

–      Quel rôle jouent les censeurs et la procédure de censure dans la construction de la preuve théologique?

–      Comment fonctionne la publicisation des savoirs théologiques? Quel rôle y jouent les controverses doctrinales? La confrontation entre société à inquisitions et société sans inquisitions détermine-t-elle des structures différentes de l’espace public et des rapports différents à la publicisation du savoir théologique? Comment l’émergence du littéraire joue-t-elle dans ce processus?

–      Quels sont les rapports entre enseignement et écriture? Peut-on discerner des politiques de publications? Quelle est l’autonomie des acteurs théologiens de ce point de vue?

–      Quel rapport enfin entre pratiques théologiennes et autres pratiques savantes tant dans l’ordre que dans les carrières des individus concernés?

Le savoir théologique : lieu et enjeu de l’historiographie jésuite.

 

En retour, l’intégration de l’objet théologique à une étude renouvelée de l’ancienne Compagnie de Jésus devrait permettre de revenir sur plusieurs questions concernant l’histoire de la Compagnie proprement dite.

Rencontre-t-on dans le cas de la théologie le lien signalé par A. Romano entre l’activité scientifique jésuite et « un rapport au monde, composante [de l’] universalisme », dans lequel l’activité d’ensemble de la Compagnie est saisie et qui constitue un espace essentiel pour comprendre l’articulation et les tensions entre activité missionnaire et activité scientifique3? Quelle est l’importance du contexte missionnaire proprement jésuite pour l’élaboration mais aussi les formes d’énonciation de la théologie, tant pour la théologie morale que pour la théologie dogmatique? Répondre à ces questions semble essentiel pour comprendre plus justement aussi la manière dont la Compagnie articule projet missionnaire et ancrage dans la culture confessionnelle européenne.

Aborder la place de la théologie dans la culture jésuite devrait par ailleurs permettre d’interroger les modalités de construction des cultures collectives jésuites et leur pluralité. Plusieurs questions se posent ici : d’une part celle de l’échelle de ces  processus de constructions identitaires, entre idéal universaliste et unité de modèle d’un côté, et revendications d’unités nationales et structures d’inculturation locale et notamment provinciales de l’autre ? D’autre part celle de la nature et de l’histoire de l’habitus jésuite et de la place qui occupe ce qu’on pourrait qualifier de « théologie identitaire ». L’attachement à des doctrines reconnues comme proprement jésuites (comme le molinisme pour la théologie de la grâce), ou faisant l’objet de débats engageant la Compagnie en tant que telle (comme le probabilisme en théologie morale), évolue-t-il sur le siècle? Permet-il de signaler des glissements dans les modes d’autodéfinition de l’ordre?

De ce point de vue, le choix du XVIIe siècle paraît le plus pertinent, notamment en raison du contraste violent entre les différents généralats qui se succèdent. L’historiographie récente a réaffirmé le  caractère central des généralats comme temps d’interrogation et de réaffirmation de l’institution jésuite. Celui d’Oliva apparaît à bien des égards comme un temps de défense de l’ « identité » jésuite et en particulier de la conviction d’une tradition théologique propre à l’ordre, face à la montée de l’antijésuitisme et à la méfiance de certains milieux romains et, sous Innocent XI, du pape lui-même. Le généralat décisif de Gonzalez apparaît au contraire comme un moment de tentative de réforme mais aussi de redéfinition de la Compagnie, menée de manière presque exogène ou tout au moins en acceptant et en instrumentalisant des tensions internes à l’ Ordre lui-même. Gonzalez s’appuie dans son entreprise de critique et de reconstruction sur des réseaux vraisemblablement caractérisés idéologiquement par un mélange de cartésianisme et d’antiprobabilisme, pour partie préexistants à son accession au généralat et pour partie construits dans sa propre action. L’étude de ce généralat, par ailleurs encore mal connu, semble alors essentielle pour comprendre les politiques théologiques jésuites et leur complexité, mais aussi le lien entre théologie et types d’identités idéologiques, religieuses, régionales et nationales au sein de la Compagnie de Jésus. Ce lien pose à nouveau également la question de l’interaction entre centres culturels à l’intérieur de la Compagnie de Jésus. La théologie peut être un des lieux où se fait voir la complexité du rapport centre/périphérie dans cette institution « romaine » et la nécessité de substituer à ce schéma une analyse des relations entre des centralités complémentaires mais aussi potentiellement conflictuelles dans la Compagnie.

 

Journée d’étude le 11 décembre

Centre Sèvres…

Intervenants (liste provisoire)

 

Franco Motta : « I gesuiti e le streghe: un problema assente? »

Fréderic Gabriel : « Verbe exposé et théologie à la source: l’exégèse combattante de Pierre Coton (1618-20) »

Stefania Tutino : « Early modern probabilism between moral theology, epistemology, and polemics: the case of Alberto de Albertis »

Jean-Pascal Gay : « Comment l’on devient (ou pas…) un grand théologien. Parcours de carrière dans la province jésuite de Lyon au XVIIe siècle ».

Vincenzo Lavenia: « Conscience and Catholic Discipline of War: Sins and Crimes »

Anne McGuiness: titre à venir

Emanuel Colombo : titre à venir

S. de Franceschi : titre à venir

Maria Pia Donato: titre à venir

Dinah Ribard: titre à venir

Patrick Goujon : titre à venir

 

 

 

  1.    P.-A. Fabre, A. Romano, « Présentation » in « Les Jésuites dans le monde moderne… », p. 254. []
  2.   A. Romano « Les collèges jésuites, lieux de sociabilité scientifique (1540-1640) », Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine (sept 97), 6-20 ; Ead « Entre collèges et académies. Esquisse de la place des jésuites dans les réseaux européens de la production scientifique (XVIe-XVIIe) » in Académies et sociétés savantes en Europe 1650-1800, D.-O. Hurel et G. Laudin (eds.), Paris, Champion, 2000, pp. 387-407. Voir aussi le volume collectif toujours sous la direction d’A. Romano, Mission et diffusion des sciences européennes en Amérique et en Asie : le cas jésuite (XVIe-XVIIIe siècle). Symposium du XXIe congrès international d’histoire des sciences. Mexico, 2001 [Archives internationales d’Histoire des Sciences 148(2002)] []
  3.          A. Romano, « Les Jésuites entre apostolat missionnaire et activité scientifique (XVIe-XVIIIe siècles) », Archivum Historicum Societatis Iesu, 74 (2005), []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *