Sciences sociales du religieux

La proposition d’un PRI « Sciences sociales du religieux » résulte de deux constats simples. Le premier : de nombreux centres, groupes ou enseignants-chercheurs et chercheurs singuliers de l’École des hautes études en sciences sociales touchent la question sociale, politique, artistique, intellectuelle de la place du religieux dans les sociétés humaines, aussi bien en Europe qu’hors d’Europe, et aussi bien dans le monde contemporain que dans différents moments historiques. Le second : cette nébuleuse n’a jamais pris la forme dans l’École d’une structure déterminée qui intégrerait l’ensemble des forces qui la constituent. Le CEIFR ou le CARE, qui représentent les tentatives les plus abouties dans ce domaine, n’ont jamais prétendu absorber la diversité extrême de cette réalité. Il est apparu, lors de nombreux échanges avec les collègues les plus concernés comme auprès des instances de direction de l’École, qu’il fallait rendre compte de ces deux constats : d’une part de l’existence de ces forces, et de leur signification dans l’ensemble du champ des sciences sociales ; d’autre part, de leur caractère disséminé, précisément lié à la nature tout à la fois profuse et diffuse de ce que l’on peut appeler le « religieux » dans les mondes sociaux. Il fallait, en quelque sorte, faire émerger cet immergé, sans en perdre la richesse propre. D’où l’initiative d’un Programme de recherches interdisciplinaires, qui aurait pour objet tout à la fois de faire apparaître par la circulation de l’information les multiples travaux, séminaires, publications, interventions dans ce domaine au sein de l’École, et de promouvoir des recherches communes, mobilisant le plus largement possible entre les disciplines, les périodes, les « aires culturelles ». C’est une proposition simple. Elle n’est nullement contradictoire avec les appartenances disciplinaires ou les priorités thématiques de chacun des groupes qui constitueraient la trame de ce PRI ; mais elle est aujourd’hui bien venue, dans un moment où l’École, selon les modes et selon un rythme qui s’écrivent quotidiennement, s’inscrit dans des ensembles plus vastes, et où, sur un terrain comme celui-ci, il est important qu’elle fasse valoir ses ressources, justement faite d’une pluralité de terrains et de méthodes, dans un domaine aussi immédiatement sensible et irréductiblement complexe que celui des formations religieuses (institutions, systèmes de pensée, pratiques de corps et d’esprit, etc.). Il est important en particulier que ces ressources s’affirment dans le contexte de l’activité, depuis cette rentrée 2011 et pour les dix ans qui viennent, du Laboratoire d’excellence sur l’histoire et l’anthropologie du savoir, des techniques et des croyances, qui fédère comme on le sait au niveau du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur Hesam un nombre important d’unités et de centres impliqués dans le domaine des recherches sur les « faits religieux ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.