Séminaire du PRI Sciences sociales du religieux – 21 mai 2014 – Paolo Napoli, Emanuele Conte, “Théologie et droit”

15h-17h, salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris

 SEANCE DU 21 MAI 2014

Paolo Napoli, Emanuele Conte : “Théologie et droit”

Enregistrement audio du séminaire :

La dernière séance du séminaire, proposée par Claude Calame, a permis de souligner le paradoxe d’un terme grec, theologia, qui dans son acception actuelle s’est considérablement éloigné du sens que lui donnaient les anciens, durablement marqués par le discours instituant des poètes et les performances rituelles dans la Cité grecque. Fruit d’une longue évolution sémantique en contexte chrétien, le champ de la théologie n’émerge que tardivement dans la dynamique de la première scolastique, au cours du XIIe siècle. Dans l’organisation architectonique des sciences de tradition aristotélicienne, elle dispute la place de « science principale » (ou « architectonique ») au droit, dont les expressions (canonique et civile) accompagnent, avec l’émergence de la « politique », les constructions institutionnelles de l’Église et des différentes formes d’État laïque. D’où l’idée de traiter, à la source médiévale, les rapports en tension de la théologie et du droit, dont l’examen est essentiel dans la perspective d’une enquête collective sur la place qu’occupe la théologie dans la genèse des sciences de la société. La séance animée par Emanuele Conte et Paolo Napoli, partira d’une étude de cas, sur la base de l’ouvrage (à paraître tout prochainement) de l’historienne du droit Beatrice Pasciuta, Il diavolo in paradiso, dont un article proposé à la lecture préalable résume bien le propos (voir pièce jointe). B. Pasciuta analyse un ouvrage du pseudo Bartole du début du XIVe siècle dont l’objet est d’établir le sort de l’humanité. L’acteur-procurateur est le diable, l’accusé, le genre humain défendu par la Vierge, tandis que le juge est le Christ. Des échanges au cœur du procès émergent, bien sûr, mille et une questions « théologiques » qui en disent long, par le biais concret de la casuistique, sur les rapports entre droit et théologie, deux disciplines traditionnellement jalouses de leur identité. L’argument sera présenté et développé par E. Conte et P. Napoli en présence de B. Pasciuta, laquelle prendra part à la discussion collective.

IL DIAVOLO NEL MEDIOEVO, Atti del XLIX Convegno storico internazionale, Todi, 14-17 ottobre 2012 Pasciuta – Diavolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.