Dictionnaire dynamique des faits religieux. Vocabulaire des sciences sociales du religieux 2013-2014

Dictionnaire dynamique des faits religieux

5 FÉVRIER 2014

 

Heidegger, par Claudia-Cristina Serban

Excommunication, exclusion, réconciliation, par Catherine Clémentin-Ojha et Émilie Rosenblieh

discutante : Évelyne Oliel-Grausz (enregistrement non disponible)

Enregistrement audio de la séance :

 

Journée d’études « Théologie et sciences sociales », 24 janvier 2014

PRI « Théologie et sciences sociales », 24 janvier 2014

Le rite : théologie et sciences sociales

L’action rituelle est un élément capital (et sans doute universel) des pratiques religieuses. C’est une des raisons, on peut le supposer, pour lesquelles le rituel – sa nature, son efficacité, sa légitimité – a fait de longue date l’objet d’analyses théologiques ou philosophiques souvent critiques : que l’on songe par exemple au rejet des sacrifices d’animaux chez les pythagoriciens et les prophètes juifs. Dans ces exemples, au-delà des arguments moraux, on voit effleurer une suspicion liée à la nature même de l’acte rituel : magisme, déconnexion avec l’intériorité du croyant… Le rite n’est-il pas toujours menacé par le ritualisme ? Ne déplace-t-il pas l’intention religieuse de l’essentiel vers l’accessoire ? En même temps, une chose est certaine : les pratiques rituelles, les liturgies sont souvent posées par les acteurs religieux comme des enjeux cruciaux, et leur respect est aussi bien associé aux expériences mystiques les plus hautes. Ce qui peut inviter le théologien à s’interroger sur la part de la ritualité dans la possibilité même d’une expérience religieuse.

Les sciences sociales, de leur côté, ont multiplié les hypothèses sur les sources de l’efficacité des rites et leur fonction, sociale et/ou psychologique. Dans quelle mesure ces savoirs peuvent-ils éclairer la contribution propre de la ritualité à la constitution d’un « monde de la religion » ? Ne permettent-ils pas également de comprendre (en dehors bien entendu de toute intention normative) les ambivalences du rite mentionnées plus haut, ou encore certaines disjonctions opérées ou souhaitées entre rite et religion ? Dans quelle mesure, enfin, y a-t-il une possible convergence entre le discours de la théologie et celui des sciences sociales dès lors que l’apport d’intelligibilité de ces dernières consiste en la mise au jour de la théologie indigène, parfois implicite, des pratiques ?

Programme :

Journée d’études, Université de Toulouse II, Maison de la Recherche, salle D 155, sous la responsabilité de Jean-Pierre Albert :

9h 15  Jean-Pierre Albert, Pierre Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat (EHESS) : Présentation de la journée

9h 45 Camille Tarot (Université de Caen): Rites, mythes et théologie. Dilemmes et questions

10h 45  pause

11h Jean-Pierre Albert : Une théologie implicite ? Récits et normes du sacrifice dans la bible hébraïque

12h Interventions des discutants, Christophe Grellard (Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne) et Alain Rauwel (CEIFR, ÉHESS/CNRS), et débat

12h 45 Buffet

14h Anne Bouchy (EFEO) : Rite ou religion ? Des effets dans la société japonaise contemporaine d’une dissociation autoritaire faite à l’époque Meiji (1868-1912)

15h Danièle Hervieu-Léger (EHESS), Réformer la liturgie, réformer par la liturgie : turbulences monastiques dans le moment du concile de Vatican II

16h pause

16h 15-17h 30 Interventions des discutants et débat général

 

Texte de Camille Tarot, Les rites entre modernité, théologies et sciences sociales. Dilemmes et questions

Texte de Jean-Pierre Albert, Théologie et anthropologie. L’exemple de l’étude du sacrifice dans la bible hébraïque

 

 

Séminaire PRI-EHESS “Théologie et sciences sociales : l’an Deux”

Mercredi 18 décembre

15 h-17h, Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 PARIS

Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes

 

 

“Théologie et sciences sociales : des sujets aux objets et retour”

Après un rappel par Pierre Lassave de quelques tensions entre sciences sociales et théologies, la dynamique de la séance sera centrée avec Bruno Latour sur ce que son “enquête sur les modes d’existence” (EME) permet de penser de ces tensions, des sujets et objets qui s’y échangent.

La discussion sera animée par Danièle Hervieu-Léger

Texte introductif de P. Lassave : PRI 18 déc-INTRO

Enregistrement audio du séminaire :

 

Sciences sociales du religieux

La proposition d’un PRI « Sciences sociales du religieux » résulte de deux constats simples. Le premier : de nombreux centres, groupes ou enseignants-chercheurs et chercheurs singuliers de l’École des hautes études en sciences sociales touchent la question sociale, politique, artistique, intellectuelle de la place du religieux dans les sociétés humaines, aussi bien en Europe qu’hors d’Europe, et aussi bien dans le monde contemporain que dans différents moments historiques. Le second : cette nébuleuse n’a jamais pris la forme dans l’École d’une structure déterminée qui intégrerait l’ensemble des forces qui la constituent. Le CEIFR ou le CARE, qui représentent les tentatives les plus abouties dans ce domaine, n’ont jamais prétendu absorber la diversité extrême de cette réalité. Il est apparu, lors de nombreux échanges avec les collègues les plus concernés comme auprès des instances de direction de l’École, qu’il fallait rendre compte de ces deux constats : d’une part de l’existence de ces forces, et de leur signification dans l’ensemble du champ des sciences sociales ; d’autre part, de leur caractère disséminé, précisément lié à la nature tout à la fois profuse et diffuse de ce que l’on peut appeler le « religieux » dans les mondes sociaux. Il fallait, en quelque sorte, faire émerger cet immergé, sans en perdre la richesse propre. D’où l’initiative d’un Programme de recherches interdisciplinaires, qui aurait pour objet tout à la fois de faire apparaître par la circulation de l’information les multiples travaux, séminaires, publications, interventions dans ce domaine au sein de l’École, et de promouvoir des recherches communes, mobilisant le plus largement possible entre les disciplines, les périodes, les « aires culturelles ». C’est une proposition simple. Elle n’est nullement contradictoire avec les appartenances disciplinaires ou les priorités thématiques de chacun des groupes qui constitueraient la trame de ce PRI ; mais elle est aujourd’hui bien venue, dans un moment où l’École, selon les modes et selon un rythme qui s’écrivent quotidiennement, s’inscrit dans des ensembles plus vastes, et où, sur un terrain comme celui-ci, il est important qu’elle fasse valoir ses ressources, justement faite d’une pluralité de terrains et de méthodes, dans un domaine aussi immédiatement sensible et irréductiblement complexe que celui des formations religieuses (institutions, systèmes de pensée, pratiques de corps et d’esprit, etc.). Il est important en particulier que ces ressources s’affirment dans le contexte de l’activité, depuis cette rentrée 2011 et pour les dix ans qui viennent, du Laboratoire d’excellence sur l’histoire et l’anthropologie du savoir, des techniques et des croyances, qui fédère comme on le sait au niveau du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur Hesam un nombre important d’unités et de centres impliqués dans le domaine des recherches sur les « faits religieux ».

Qu’est-ce que la théologie ? Frédéric Nef, (EHESS)

Theologia

Qu’est-ce que la théologie ?

                      Frédéric Nef, (EHESS)

                     PRI Sciences sociales du religieux

        On pourrait dire de quelqu’un qui ne connaît rien au sujet de la théorie générale de la relativité ou de la théorie quantique des champs, mais qui prend au mot un physicien quand il dit qu’on peut donner un sens à des énoncés comme « Un espace peut avoir une courbure non-o » et « Un électron est à la fois une onde et une particule », et que ces énoncés n’expriment pas des propositions impossibles, que cette personne est dans une attitude analogue à celle qui prend au mot l’Eglise, quand elle dit que  des énoncés comme « Dieu est trois personnes en un être » et « Jésus Christ est pleinement divin et pleinement humain » veulent dire quelque chose et n’expriment pas des propositions impossibles

Peter Van Inwagen, God, Knowledge, and Mystery, Ithaca, Cornell University Press, 1995, p. 220.

 

Préliminaires

 

Que ce soit par exemple chez Weber, ou plus près de nous chez Eric Vogelin, à propos de la gnose et du totalitarisme, la théologie – une partie de celle-ci, l’hérésiologie chez Vogelin – a souvent joué un rôle pour interpréter des phénomènes sociaux. Dans l’histoire de l’art, l’histoire de la musique ou l’histoire de la philosophie la connaissance de théologie joue un rôle nécessaire. En histoire il n’est pas besoin d’insister sur la complète impossibilité de mettre entre parenthèse la théologie. Mais nous ne traiterons pas ici de l’intrication de la théologie avec les sciences sociales, mais de la place de la théologie dans les sciences sociales du religieux. Il serait possible de passer en revue ces sciences et examiner pas à pas l’incidence de la théologie, mais cette méthode supposerait que nous ayons une idée claire de ce que l’on entend par théologie. Il vaut mieux donc commencer aujourd’hui par examiner et proposer à la discussion ce que l’on entend par théologie.

Continuer la lecture

Programme du séminaire : Théologie et sciences sociales, l’an Deux

Théologie et sciences sociales, l’an Deux

Les mercredis,

Salle Alphonse Dupront

10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris

responsables :

Jean-Pierre Albert, Pierre-Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat

Exposé des motifs

Ce séminaire organisé dans le cade du PRI « Religieux et sciences sociales », en alternance avec les séances du Dictionnaire dynamique des faits religieux, propose de réunir autour d’un objet largement fuyant, la théologie, les chercheurs en sciences sociales, toutes disciplines et aires culturelles confondues, au prise avec la polysémie des discours sur le divin et leur problématique inclusion à l’âge de la définition des périmètres académiques et des stratégies discursives afférentes (XIXe-XXe siècles). Pour le monde occidental, la démarche est génétique : comment passe-t-on de la philosophie antique à la théologie médiévale, et comment cette dernière, dans sa définition scolastique, parvient-elle à innerver à long terme, via la philosophie classique, les conceptions de l’homme et de la société en régime hétéronome puis autonome ? Avant le christianisme et au-delà de l’Occident, quel sens peut-il y avoir à parler de « théologie » ? Autour de ces nœuds problématiques seront abordées les questions suivantes : la théologie entre sujets et objets ; théologie et ritologie ; la théologie au défi des images ; la théologie avant la « théologie » ; théologie et droit ; la théologie à l’âge des sciences sociales.

Calendrier

1. 18 décembre 2013

Bruno Latour, Pierre Lassave, Théologie et sciences sociales : des sujets aux objets et retour

Discutante : Danièle Hervieu-Léger

2. 24 janvier 2014

Journée d’études, Université de Toulouse II, Maison de la Recherche, salle D 155, sous la responsabilité de Jean-Pierre Albert :

9h 15  Jean-Pierre Albert, Pierre Antoine Fabre, Dominique Iogna-Prat (EHESS) : Présentation de la journée

9h 45 Camille Tarot (Université de Caen): Rites, mythes et théologie. Dilemmes et questions

10h 45  pause

11h Jean-Pierre Albert : Une théologie implicite ? Récits et normes du sacrifice dans la bible hébraïque

12h Interventions des discutants, Christophe Grellard (Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne) et Alain Rauwel (CEIFR, ÉHESS/CNRS), et débat

12h 45 Buffet

14h Anne Bouchy (EFEO) : Rite ou religieux ? Des effets dans la société japonaise contemporaine d’une dissociation autoritaire faite à l’époque Meiji (1868-1912)

15h Danièle Hervieu-Léger (EHESS), Réformer la liturgie, réformer par la liturgie : turbulences monastiques dans le moment du concile de Vatican II

16h pause

16h 15-17h 30 Interventions des discutants et débat général

3. 19 février 2014

Agnès Guiderdoni, Ralph Dekoninck, Louvain-la Neuve : La théologie au défi des images

4. 30 avril 2014

Claude Calame : La théologie avant la « théologie »

5. 21 mai 2014

Paolo Napoli, Emanuele Conte : Théologie et droit

6. 11 juin 2014

La théologie en tensions

– Jean-Michel Roessli : La théologie au défi des sciences sociales naissances (la conjoncture moderniste : 1880-1920)

– Catherine Clémentin-Ojha : Le grand écart du théologien : autour de l’œuvre de Francis Clooney, théologien et indianiste

Discutant : François Trémolières

 

 

 

 

Programme du séminaire du Dictionnaire dynamique des faits religieux. Vocabulaire des sciences sociales du religieux

Programme 2013-2014

 

Un mercredi par mois de 15 h à 17 h (salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris), les 11 décembre 2013, 5 février, 5 mars, 2 avril, 7 mai et 4 juin 2014. La séance du 11 décembre se déroulera en salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris); celle du 5 mars se déroulera de 15 h à 18 h

 

11 décembre 2013

Jean Séguy, par Danièle Hervieu-Léger

Dissidence, par Mathilde Monge et Danièle Hervieu-Léger

 5 février 2014

Heidegger, par Claudia-Cristina Serban

Excommunication, exclusion, réconciliation, par Catherine Clémentin-Ojha et Émilie Rosenblieh ; discutante : Évelyne Oliel-Grausz

5 mars et 2 avril 2014

Littérature et religion

– Littérature et religion en contextes :

  • christianisme, par Frédéric Gugelot et Sylvie Parizet (sous réserve) ;
  •  judaïsme, par Philippe Zard

discutants : François Trémolières et Régine Azria

– Littérature et religion : distinction et articulation des « champs », par Pierre Judet de Lacombe et François Trémolières ; discutants : Frédéric Gugelot et Pierre Lassave

 7 mai 2014

Le travail comme valeur religieuse

– Christianisme ancien et moderne, par Mariachiara Giorda et Jean-Marie Le Gall

– La religion des entrepreneurs contemporains, par Nicolas de Brémond d’Ars et Marie Chessel

 4 juin 2014

Méditation : Arundati Virmani et Jean-Michel Rössli (directeur invité du PRI sciences sociales du religieux)